Villepin tourne le dos à l’UMP

  • A
  • A
Villepin tourne le dos à l’UMP
Dominique de Villepin avait adhéré à l'UMP en 2002@ REUTERS
Partagez sur :

Dominique de Villepin ne renouvellera pas sa carte d’adhésion à l’UMP en 2011.

La rupture est désormais officielle. Dominique de Villepin ne reprendra pas sa carte de l’UMP en 2011. Alors que la rumeur bruisse depuis plusieurs jours, Brigitte Girardin, la secrétaire générale du mouvement République Solidaire l’a confirmé mercredi auprès de l'AFP.

L’ex-Premier ministre avait lui-même glissé l’information mardi lors d'un déplacement à Lyon en répondant à la question d'un étudiant qui l'interrogeait sur son choix de rester dans le parti présidentiel après avoir créé son propre mouvement politique. "Je n'ai pas renouvelé ma carte cette année. Je ne l'ai pas fait parce que j'estime qu'il y a un décalage croissant entre les idées qui sont défendues par l'UMP et les Français. (...) et le premier devoir d'une formation politique est de coller à la réalité", avait alors répondu Dominique de Villepin, qui a pris sa carte à l’UMP en 2002.

Une intervention que Dominique de Villepin a choisi de mettre en avant sur le site de République Solidaire :

"Aujourd'hui je constate que nos regards et nos visions s'éloignent. Je constate que nos idées de la République que nous nous faisons de la République n'est pas la même, que l'idée de la voix de la France dans le monde que nous nous faisons n'est pas la même", avait-il conclu. Annonçant ensuite cette rupture sur son compte Twitter et sur sa page Facebook.

L'UMP regrette

Les ténors du parti présidentiel semblent déplorer cette défection. "Je regrette profondément qu'il ait décidé de quitter notre famille politique, je respecte son choix mais je le regrette profondément", a ainsi déclaré Jean-François Copé, secrétaire général de l'UMP. "Je suis un peu triste de la position de Dominique de Villepin", pour sa part a réagi François Baroin, porte-paroel du gouvernement, à l'occasion du compte-rendu du Conseil des ministres. "Il a été Premier ministre, il a été, à ce titre, es qualité, chef de la majorité parlementaire. C'est la même majorité aujourd'hui qui accompagne Nicolas Sarkozy dans la réussite de son mandat, c'est donc avec un peu de tristesse que j'ai ressenti son annonce."

Cette annonce intervient à la veille d'un entretien à l'Elysée, entre Dominique de Villepin et le président Nicolas Sarkozy dans le cadre des consultations du G20. Cette rupture pourrait bien être perçue comme un pas de plus sur le chemin qui mène à l’élection présidentielle de 2012. Et ce, même si l’ancien Premier ministre semble de plus en plus isolé. Tous ses anciens lieutenants de poids ou de renom, Bruno Le Maire, Georges Tronc et Marie-Anne Montchamp, l’encouragent désormais à renoncer à se lancer dans la course selon les informations d’Europe 1.