Villepin : "La primaire, c’est la parole donnée aux bulles"

  • A
  • A
Partagez sur :

Pour Dominique de Villepin, invité dimanche du Grand Rendez-Vous d'Europe 1, les primaires entrent en opposition avec les institutions de la Ve République et le rôle de la présidentielle.

INTERVIEW

Depuis 8 heures, dimanche, les bureaux de vote sont ouverts et les électeurs peuvent participer au second tour de la primaire de la droite et du centre. Après une participation très importante au premier tour, qui a vu, contre toute attente, François Fillon prendre la tête du scrutin, les organisateurs espèrent qu’une semaine plus tard la mobilisation sera au moins aussi importante. Pourtant, Dominique de Villepin porte un regard particulièrement critique sur l’exercice démocratique auquel se soumet sa famille politique.

Une dangereuse imprévisibilité. "La primaire ne s’inscrit pas, pour moi, dans les institutions de la Ve République", a-t-il déclaré sur le plateau du Grand Rendez-Vous d’Europe 1/iTélé/Les Echos dimanche. "C’est la parole données aux partis politiques, c’est la parole donnée aux bulles ! C’est-à-dire aux sondages, quelque chose que personne ne peut prévoir", estime l’ancien Premier ministre de Jacques Chirac.

"Les lois de la pesanteur". "Je reste convaincu que la démocratie est un apprentissage rugueux dans lequel il faut se coltiner avec la réalité de ce que sont les candidats, il faut donc avoir la possibilité de les examiner", développe-t-il. Pour lui, la volatilité du scrutin est dangereuse pour la démocratie, et retire à l'élection présidentielle une part de son rôle : "On se réveille aujourd’hui avec un candidat qui avait été moins prévu. C’est ce qui me gêne. Moi, j’aime la lucidité en politique et la lucidité sur le plan de l’histoire. J’estime que les choses doivent subir les lois de la pesanteur", ajoute encore Dominique de Villepin qui exclut d'aller voter ce dimanche.