Vers un coup de jeune à l’Assemblée

  • A
  • A
Vers un coup de jeune à l’Assemblée
@ MAXPPP
Partagez sur :

Des députés réclament l’abaissement de l’âge d’éligibilité à 18 ans pour les députés et sénateurs.

Pourquoi ne pas devenir député, sénateur ou même président de la République à 18 ans ? C’est ce que suggèrent deux députés, Gaëtan Gorce et Jean-Jack Queyranne - du groupe socialiste, radical, citoyen et divers gauche - dans une proposition de loi qui vise à abaisser l’âge de l’éligibilité, pour ces mandats, à 18 ans. Il faut, jusqu'à présent, avoir 23 ans minimum pour se présenter au poste de député ou de président de la République et 30 ans pour celui de sénateur.

Déposé le 21 avril 2009, le texte a été discuté, partiellement, lundi à l’Assemblée nationale. Les députés se sont prononcés en faveur de l’abaissement de l’âge de l’éligibilité à 18 ans, mais uniquement pour le mandat de député. La proposition devra ensuite être soumise au vote du Sénat. "En ce qui concerne les mandats de sénateurs et de président de la République, cela n’a pas encore été mis à l’ordre du jour et sera sans doute discuté l’année prochaine", précise-t-on dans l’entourage de Gaëtan Gorce.

Le paradoxe de la responsabilité pénale à treize ans

Dans leur proposition de loi, Gaëtan Gorce et Jean-Jack Queyranne, soulignent que "nos concitoyens les plus jeunes doivent encore attendre jusqu’à vingt-trois ans pour se présenter aux mandats de député, de député européen, de président de la République, et jusqu’à trente ans pour devenir sénateur".

Un paradoxe pour les deux élus, puisque "l’on veut bien admettre que nos jeunes concitoyens sont de plus en plus sollicités et responsabilisés dans le prolongement de la hausse du niveau général d’éducation. C’est d’ailleurs dans ce contexte qu’a été abaissé l’âge de responsabilité pénale à treize ans et celui de la majorité sexuelle à 15 ans", poursuit le texte.

Un combat qui n’est pas nouveau

Ce n’est pas la première fois que des politiques s’attaquent à l’âge d’éligibilité pour les mandats de député ou sénateur. Sous le gouvernement Jospin, la gauche avait tenté en 1999 et en 2001, de faire évoluer la situation en proposant d’abaisser l’âge d’éligibilité à 18 ans. Mais le Sénat avait rejeté la proposition. Et c’est justement au Sénat que se jouera la partie puisque le texte voté lundi à l’Assemblée doit encore être validé par la chambre haute du Parlement, où la moyenne d’âge avoisine les 55 ans.