"Vas-y Jean-Marc, fais le boulot !"

  • A
  • A
Partagez sur :

L’INFO POLITIQUE - En assurant qu'il n'est "ni usé, ni fatigué", le Premier ministre n’a fait que suivre la feuille de route de Hollande.

L’INFO. Cette fois, il a marqué les esprits. Si la parole de Jean-Marc Ayrault semble parfois brouillonne, son interview dans Le Parisien, le week-end dernier, a eu le mérite de la clarté : non, il n’est "ni usé ni fatigué" et oui, il est "favorable à un gouvernement resserré". Selon Caroline Roux, éditorialiste politique d’Europe 1, c’est François Hollande en personne qui lui aurait demandé de monter au front.

"Occupe l’espace, tu es Premier ministre". Non, Jean-Marc Ayrault n’est pas un homme seul. Il a même un allié de poids : le chef de l’Etat. "Le président lui a dit : ‘vas-y, fais le boulot, occupe l’espace, tu es Premier ministre", confie un proche de l’ancien maire de Nantes. Signe que François Hollande a compris qu’un petit coup de fouet ne serait pas néfaste à son Premier ministre, lassé de lire chaque jour dans la presse le palmarès de ses successeurs potentiels.  

"Cette interview, c’est celle d’un Premier ministre qui sait qu’il a 50% de chance de rester. C’est ça la réalité. Le reste c’est un mini-délire", décrypte un ami du président. Dans l’entourage de Jean-Marc Ayrault, on assure pourtant que le sujet de son éventuel départ de Matignon n’a jamais été abordé entre les deux hommes. Le chef du gouvernement est donc invité à se montrer, à parler et à ne surtout pas se mettre en retrait. Son ordre de mission est clair : vendre le Pacte de responsabilité. 

Le remaniement, "c’est dans toutes les têtes". Il n’en reste pas moins que le casting du futur gouvernement s’écrit chaque jour dans les médias, à grand coup de sondage. "Ce qui le met en colère, c’est que ces rumeurs le privent de son autorité pour faire avancer les dossiers", confie un ami de Jean-Marc Ayrault. Avant chaque remaniement, la tendance est à lever le pied pour éviter de se mettre à la faute. L’ambiance en pâtit : "quand on se retrouve à plus de deux autour de lui, personne n’imagine aborder le sujet du remaniement. Et pourtant c’est dans toutes les têtes", admet un de ceux que la chronique médiatique envoie régulièrement… à Matignon.

Seul un homme pourrait mettre fin à ce bal des égos qui pollue le travail de Jean-Marc Ayrault : François Hollande. Or, s’il soutient officiellement son Premier ministre, il n’est pas décidé à siffler la fin de la récré. Une façon pour lui de laisser la porte ouverte à tous les scénarios. "Les ministres sortent tous du bureau du patron persuadés que c’est leur tour. Ça alimente la machine", regrette un proche du Premier ministre.

sur le même sujet, sujet,

REMANIEMENT - Ayrault "favorable" à un gouvernement resserré

QUESTION DE TAILLE - Gouvernement : plus c'est petit, meilleur c'est ?

SONDAGE - Royal qui remplace Valls…qui remplace Ayrault ?