Vanneste réfute la déportation des homosexuels

  • A
  • A
Vanneste réfute la déportation des homosexuels
@ Capture écran You Tube
Partagez sur :

Dans une vidéo révélée par Le Lab, le député du Nord parle d'une "légende".

Christian Vanneste, habitué des dérapages homophobes, a cette fois-ci décidé de revisiter l'Histoire. Dans une vidéo diffusée sur le site libertépolitique.com, vendredi et révélée par le Lab mardi, le député de la Droite populaire réfute que des homosexuels français aient été déportés durant la Seconde guerre mondiale, parlant à cet égard de "légende de la déportation des homosexuels". Des propos condamnés par l'UMP dès mercredi (Pour retrouver toutes les informations sur la polémique, cliquez-ici).

"Il n'y a pas eu de déportation homosexuelle en France" :







"Manifestement Himmler avait un compte personnel à régler avec les homosexuels. En Allemagne il y a eu la répression des homosexuels et la déportation qui a conduit à à peu près 30.000 déportés. Et il n'y en a pas eu ailleurs. Et notamment en dehors des trois départements annexés, il n'y a pas eu de déportation des homosexuels en France", affirme le député UMP du Nord.

Vanneste, le récidiviste

Dans cette même interview, Christian Vanneste est interrogé sur le fait qu'une majorité de Français se déclare favorable au mariage homosexuel dans les sondages. Pour le membre de la Droite populaire, ce résultat est le fruit d'un "bourrage de crânes" dû au fait que les homosexuels sont surreprésentés dans le monde médiatique, ce qui leur permet de faire progresser leurs idées avec un "art consommé de la déformation systématique des faits".   

Christian Vanneste n'en est pas à son premier dérapage. Le député avait été poursuivi en justice en 2006 pour avoir déclaré que "l’homosexualité est inférieure à l’hétérosexualité". Condamné en première instance et en appel, il avait finalement été blanchi par la Cour de cassation en 2008. En mai 2010, sur son blog, Christian Vanneste s'était lancé dans une comparaison entre pédophilie et homosexualité.