Vanneste : "il n'y a aucun motif d'exclusion"

  • A
  • A
Vanneste : "il n'y a aucun motif d'exclusion"
Christian Vanneste assure sur Europe 1 qu'il "condamne la déportation des homosexuels".@ MAXPPP
Partagez sur :

EXCLU - Le député UMP a affirmé sur Europe 1 qu'il "condamne la déportation des homosexuels".

La polémique provoquée par les propos de Christian Vanneste, ne faiblit pas. Alors que l'UMP pourrait lui retirer son investiture pour les législatives et réfléchit à sa possible exclusion du mouvement, le député UMP du Nord a réagi sur Europe 1. "Je ne serai pas exclu et je n'ai pas l'intention de quitter l'UMP", a-t-il déclaré.

Ils "n'ont pas pris la peine de savoir ce que j'ai effectivement dit"

"Je n'aime pas que pour se faire plaisir devant les médias, des responsables politiques, qui ont peu de temps, n'ont pas pris la peine de savoir ce que j'ai effectivement dit et comme ils ont entendu ce que le lobby qui me poursuit depuis bien des années a fait circuler dans les médias, ils se sont dit, 'c'est pas bien'", a dénoncé Christian Vanneste. Plusieurs de ses collègues de l'UMP, comme le député Franck Riester, la ministre Nadine Morano ou encore ses amis de la Droit populaire Eric Ciotti et Thierry Mariani avaient fait part de leur indignation sur Twitter dans la matinée.

"Je condamne évidemment la déportation des homosexuels" :

"Je commence à en avoir assez de leurs manières de parler d'exclusion à tout propos, sans jamais engager de dialogue pour essayer de comprendre ce que j'ai dit. Ça commence à bien faire", a ajouté le député. "S'ils sont assez bêtes pour obéir à un lobby, qui défend des idées qui ne sont pas celles du président de la République, ils commettront une erreur", a prévenu Christian Vanneste, qui dénonce le "poids un peu trop important du lobby homosexuel sur les médias".

"Je n'ai fait que citer des faits"

"Il suffit de se reporter à mes propos pour voir qu'il n'y a aucun motif d'exclusion puisque je n'ai fait que citer des faits", a-t-il assuré. "J'ai rappelé qu'il y avait eu des déportations d'homosexuels en Allemagne et dans les trois départements rattachés au Reich. Il y en a eu 210, mais il n'y en a pas eu dans le reste de la France", a expliqué Christian Vanneste. "J'ai lu ces chiffres. Si ces informations sont inexactes, je demande qu'on m'en donne d'autres", a-t-il ajouté. "Je condamne évidemment fermement la déportation des homosexuels", a conclu le député UMP.