Pourquoi Valls rembourse-t-il 2.500 euros ?

  • A
  • A
Pourquoi Valls rembourse-t-il 2.500 euros ?
@ AFP
Partagez sur :

Manuel Valls va rembourser le voyage de ses enfants à Berlin… tout en assurant que leur voyage n'a rien coûté.

"Pour lever tout doute, j'ai décidé d'assumer la prise en charge pour mes deux enfants, soit 2.500 euros". Manuel Valls, qui se dit "sensible à la réaction des Français", a annoncé jeudi matin qu'il rembourserait la part de ses enfants de son voyage controversé à Berlin. Et ce même si ces derniers n'ont "pas coûté un euro supplémentaire au contribuable", a déclaré le Premier ministre. Mais que rembourse-t-il donc, si ça n'a rien coûté ?  

Coût total : 20.000 euros. Le Premier ministre avait fait l'aller-retour Poitiers-Berlin dans la soirée de samedi, pour aller voir la finale de la Ligue des Champions. Il avait amené ses enfants avec lui, à bord du Falcon 7X normalement réservé aux déplacements officiels. Coût total du voyage, facturé par "l'Escadron de transport 60", la branche de l'armée de l'air qui prend en charge les déplacements officiels : près de 20.000 euros.

Ce montant, l'Escadron de transport 60 l'aurait facturé avec ou sans les enfants de Manuel Valls. Un déplacement ministériel en Falcon 7X, avec toutes les contraintes sécuritaires que cela impose, coûte un peu moins de 5.000 euros de l'heure. "Dans le cadre de ce déplacement officiel, j'ai utilisé les moyens mis normalement à la disposition du Premier ministre (...) Cet avion étant affrêté, la présence des enfants n'a pas coûté un euro supplémentaire", se défend ainsi le Premier ministre.

2.500 euros, le tarif commercial. Pour arriver à la somme de 2.500 euros, Manuel Valls s'est basé sur le prix moyen d'un aller-retour Poitiers-Berlin en jet, lors d'un trajet commercial. S'il s'est décidé à payer, c'est pour rétablir son image d'exemplarité. Les enfants ne doivent pas profiter d'un privilège offert par la République. Un geste symbolique, qui peut faire jurisprudence, selon Jean-Marie Le Guen, Secrétaire d'Etat chargé des relations avec le Parlement. "Il créé une jurisprudence nouvelle qui vaudra pour tous. Cela montre que le Premier ministre est à l'écoute des Français. C'est une innovation", argumente-t-il sur Europe 1 jeudi. 

C'est la Cour des comptes qui le demande. Mais en réalité, Manuel Valls n'invente rien. Comme le souligne le député socialiste René Dosière, invité jeudi d'Europe 1 midi, le remboursement des déplacements privés est une règle fixée par la Cour des comptes depuis... 2010. "Les règles fixées par la Cour des comptes sont strictes. Le Premier ministre et le président de la République peuvent emprunter ce type d'avions pour des déplacements privés, s'ils remboursent le billet au prix d'un vol commercial", détaille l'élu, habitué à traquer les dépenses des représentants de l'Etat. François Fillon, d'ailleurs, avait effectué sept déplacements privés lorsqu'il était Premier ministre, entre 2009 et 2010, et il avait remboursé 6.955 euros de sa poche. "Manuel Valls a pris une sage décision. Mais il aurait pu la prendre plus tôt", conclut René Dosière.