Valls régularisera au cas par cas

  • A
  • A
Valls régularisera au cas par cas
@ REUTERS
Partagez sur :

Le ministre de l’Intérieur prépare ses consignes sur l’immigration, proches de son prédécesseur.

Attendu au tournant par l’opposition et l’extrême-droite, le gouvernement a décidé d’envoyer un signal fort en termes d’immigration illégale. Le ministre de l'Intérieur Manuel Valls a en effet annoncé mercredi une circulaire aux contours très clairs : le cas par cas sera la règle et les régularisations ne dépasseront pas le cap des 30.000.

"Une circulaire pour préciser les critères"

Manuel Valls a dévoilé mercredi les grandes lignes de la circulaire qu’il s’apprête à publier. Dans un entretien accordé au quotidien Le Monde, le ministre de l’Intérieur explique que les régularisations se feront au cas par cas pour les sans-papiers. "Les régularisations doivent se faire en s'appuyant sur des critères précis, objectifs, compréhensibles, à la fois par ceux qui sont dans cette situation, ceux qui pourraient venir sur notre sol national, et nos compatriotes", explique le ministre.

"Une circulaire pour préciser les critères" de régularisation "est donc en préparation", poursuit Manuel Valls, ajoutant que "les critères sont les années de présence en France, la situation par rapport au travail, les attaches familiales, la scolarisation des enfants".

Pas plus de 30.000 régularisations

Et Manuel Valls de poursuivre que le nombre de régularisés ne dépassera pas le chiffre d'environ 30.000 par an, l’objectif chiffré du gouvernement sortant."Aujourd'hui, la situation économique et sociale ne permet pas d'accueillir et de régulariser autant que certains le voudraient. C'est ma responsabilité de ministre de l'intérieur de le dire. Je l'assume", explique-t-il au quotidien.

Le ministère de l'Intérieur envisage par ailleurs la création d'un nouveau titre de séjour de trois ans. "Il nous faudrait essayer de légiférer cette année, et à ce titre, créer un titre de séjour intermédiaire d'une durée de trois ans qui permette de stabiliser ceux qui vivent et travaillent de manière régulière sur le sol national", détaille Manuel Valls, "révolté par le sort réservé à ces étrangers qui se retrouvent dans les files d'attente devant les préfectures pour renouveler leurs papiers pendant des heures, la nuit, ou dans le froid. Ça n'est pas ça, la France".

S'il se défend d'être le "monsieur Sarkozy" du gouvernement, l’annonce risque de priver l’opposition d’un argument, l’UMP n’ayant cessé de marteler pendant la campagne présidentielle que voter PS, c’était voter pour une régularisation massive des sans-papiers.