Valls Premier ministre : EELV attend de voir

  • A
  • A
Valls Premier ministre : EELV attend de voir
@ MaxPPP
Partagez sur :

Emmanuelle Cosse, la patronne des écologistes, attend une "clarification" sur "l’orientation" politique du gouvernement.

Le soutien d’Europe Ecologie-Les Verts à la future équipe gouvernementale n’est pas gagnée pour le nouveau Premier ministre Manuel Valls. Il n’est en tout cas pas automatique, à en croire Emmanuelle Cosse, secrétaire nationale du mouvement écologiste, qui a affirmé lundi par voie de communiqué soir qu’elle attendait "une clarification" de Manuel Valls "sur l'orientation du nouveau gouvernement" avant de décider de lui apporter ou non son soutien.

Hollande "n’a pas entendu le message". Emmanuelle Cosse a également souligné que la décision des deux ministres écologistes, Cécile Duflot et Pascal Canfin, de ne pas participer au futur gouvernement relève de la "cohérence politique". Elle a aussi estimé que l'allocution télévisée du président François Hollande et les "orientations présentées" montrent "qu'il n'a pas entendu le message des électeurs" lors des municipales.

La chef de file des écologistes juge que les élections municipales ont "confirmé la nécessité d'une réorientation profonde de la politique conduite". Europe Ecologie-Les Verts demande à ce que "le gouvernement remette au coeur de son projet les engagements pour lesquels il a été élu en mai 2012" et "souhaite que la majorité passe un nouveau pacte de confiance avec ses électeurs"

Décision les 5 et 6 avril. "C'est lors de son Conseil Fédéral qui se réunira les 5 et 6 avril et en connaissant sa composition et ses orientations, concernant la transition énergétique, la révision du pacte de responsabilité et les orientations budgétaires qu'EELV déterminera son éventuel soutien au gouvernement lors du vote de confiance", précise Emmanuelle Cosse.


sur-le-meme-sujet-sujet_scalewidth_460_scalewidth_460

CASTING - Canfin et Duflot n'en seront pas

PORTRAIT - Manuel Valls, un ambitieux à Matignon

ESSENTIEL - Ayrault s'en va, Valls arrive

BILAN - Ayrault, le chemin de croix à Matignon

REVUE DE PRESSE - Le remaniement vu de l'étranger