Valls et Raffarin travaillant ensemble : est-ce réaliste ?

  • A
  • A
Valls et Raffarin travaillant ensemble : est-ce réaliste ?
@ AFP
Partagez sur :

Jean-Pierre Raffarin a appelé à travailler avec le gouvernement de Manuel Valls qui lui a répondu dans un tweet : peut-on s’attendre à voir la gauche et la droite travailler ensemble ? Ça reste très improbable. 

C’était au lendemain du deuxième tour des régionales. Sur BFMTV, Jean-Pierre Raffarin invitait sa famille politique à "travailler avec le gouvernement car le Front national est un adversaire commun". Depuis, l’ancien Premier ministre a précisé sa pensée et Manuel Valls lui a répondu sur Twitter. La droite et la gauche travailler ensemble ? L’idée paraît néanmoins improbable.

Travailler ensemble sur le chômage pour faire baisser le FN. Sur Europe 1 mercredi 16 décembre, Jean-Pierre Raffarin a appelé la droite et la gauche à s’emparer de la question de l’emploi pour faire barrage au Front national. "La racine du mal, c’est le chômage. Faisons baisser le chômage, on fera baisser le Front national", a-t-il martelé.

Pour y remédier, l’ancien Premier ministre a proposé l’élaboration d’un "pacte républicain contre le chômage pour la fin du mois de janvier". Un pacte qui comporterait "quelques mesures simples sur l’apprentissage, les seuils, la durée du travail, le soutien à l’investissement" et "redonnerait la confiance aux entreprises et aux entrepreneurs".

Manuel Valls réagit sur Twitter. Les propositions de Jean-Pierre Raffarin font écho à celles de Manuel Valls qui, après les élections, annonçait des mesures pour l’emploi dès le mois de janvier. La ministre du Travail prépare "un plan massif pour améliorer la formation des chômeurs", avait-il précisé. L’interview de Jean-Pierre Raffarin terminée, Manuel Valls n’a donc pas hésité à dire sur Twitter tout le bien qu’il pensait de l’initiative du sénateur des Républicains. "Un pacte républicain pour l’emploi. Tous rassemblés pour en finir avec le chômage ! OK avec Jean-Pierre Raffarin !"



"Ça reste impossible". Peut-on croire à cette alliance Raffarin-Valls et au-delà à une gauche et une droite travaillant ensemble ? L’éditorialiste politique d’Europe 1, Olivier Duhamel, tient à remettre les choses en perspective : "ce n’est pas nouveau que des gens du centre droit veulent travailler avec des personnes du centre gauche. C’était l’un des grands classiques de la IVème République et même des débuts de la Vème. Mais depuis la bipolarisation, c’est quasi impossible".

Néanmoins, note le politologue, "il y a une nouveauté : la tripartition avec la montée du FN". La gauche modérée et la droite modérée vont "de facto travailler ensemble" au niveau local, notamment dans le Grand-Est où Jean-Pierre Masseret, le candidat socialiste aux régionales, s’est maintenu. Mais au plan national, "ça reste impossible" pour Olivier Duhamel : "Jean-Pierre Raffarin n’a pas de troupes derrière lui, à part peut-être Nathalie Kosciusko-Morizet et Manuel Valls se mettrait à dos les ⅔ voire les ¾ du parti".

Trois scénarios. Alors faut-il définitivement bannir cette alliance droite et gauche modérées ? Pas si sûr. Olivier Duhamel explique : "pour que cela devienne possible, il y a trois scénarios. Le premier, c’est que le FN devienne tellement puissant et majoritaire qu’il n’y ait pas d’autres solutions pour lui résister. Le deuxième, c’est qu’un président de la République se soit faire élire sur cette ligne politique nouvelle. Enfin, troisième scénario possible : si l’on adoptait un système d’élection de députés à la proportionnelle comme en Allemagne où Raffarin et Valls puissent gouverner ensemble".

Des hypothèses qui sont donc loin d'être d'actualité. Mercredi 16 décembre, Gérard Cherpion, le Secrétaire national des Républicains au Travail et à l'Emploi, a diffusé un communiqué de presse intitulé : "Quand le Premier ministre assumera-t-il ses responsabilités en matière en matière d'emploi ?". Un communiqué qui se conclut par ces mots : "si vous souhaitez nous prouver votre bonne volonté, alors reprenez dès maintenant nos propositions, et faites les voter par le Parlement!"