Valérie Trierweiler : "On ne pourra pas dire que j'abuse de l'argent public"

  • A
  • A
Valérie Trierweiler : "On ne pourra pas dire que j'abuse de l'argent public"
@ REUTERS
Partagez sur :

REPORTAGE - En déplacement dans un hôpital de Bombay, l'ex-Première dame a effectué sa première sortie publique, lundi matin.

Attendue comme une star. Le lieu a été tenu secret, l'horaire a été changé mais rien n'y a fait. Devant la façade décrépie de l'hôpital Sion de Bombay, une cinquantaine de journalistes attendent Valérie Trierweiler, ce lundi matin. La journaliste, séparée officiellement de François Hollande depuis samedi, est arrivée dimanche soir en Inde pour un voyage humanitaire de deux jours avec l'ONG Action contre la faim.

hopital-inde

"Je n'ai qu'un garde du corps". Pour sa première sortie publique depuis sa séparation d'avec François Hollande, Valérie Trierweiler est apparue quelque peu fatiguée mais souriante. L'ex-Première dame, surprise par le nombre de journalistes venus l'attendre, lance aux médias : "Vous voyez, on ne pourra pas dire que j'abuse de l'argent public, je n'ai qu'un garde du corps".

Elle a tenu bon face à Hollande. La mine fatiguée, Valérie Trielweiler veut pourtant faire bonne impression. La journaliste se dit "combattive" mais on sent qu'elle lance ses dernières forces dans ce voyage humanitaire qui lui tenait tant à cœur. Valérie Trierweiler a d'ailleurs tenu bon face à François Hollande, très hostile à ce déplacement. Le président souhaitait que son ex-compagne annule ce voyage pour lui éviter une exposition médiatique et ne pas ajouter un peu plus de confusion.

"Pas une simple citoyenne". Quand on l'interroge sur sa nouvelle vie, Valérie Trierweiler laisse Patrice Biancone, son désormais ex-collaborateur, répondre à sa place. "Elle n'est pas redevenue une simple citoyenne, elle est une ex-Première dame, ça lui donne un statut à part", explique t-il.

Une seule déclaration ... humanitaire . Vêtue d'une veste et d'une jupe à mi-mollet bleu foncé, l'ancienne compagne du chef de l'Etat a rencontré le personnel du service pédiatrie de l'hôpital Sion, un établissement de référence à Bombay pour les soins aux bébés prématurés. "C'est très impressionnant de voir ces bébés de moins d'un kg avec des chances de vie très limitée. C'est une injustice car même si tout est fait pour le mieux, ils n'ont pas les mêmes moyens que dans nos hôpitaux", déclare Valérie Trierweiler.







Elle va continuer "ce combat". Après cette première visite, Valérie Trierweiler s'est rendue dans un centre de nutrition du bidonville de Dharavi où sont suivis des enfants souffrant de malnutrition sévère. Elle en est ressortie avec un paquet de la pâte nutritionnelle donnée aux enfants pour améliorer leur état de santé. Priée de dire si elle allait continuer cet engagement contre la malnutrition, Valérie Trierweiler a répondu sans détour : "cela fait trois ans (...), je vais continuer ce combat".

Une conférence de presse très attendue. Valérie Trierweiler tiendra une conférence de presse en milieu d'après-midi où elle ne devrait, a priori, pas évoquer sa séparation d'avec François Hollande. Ce soir, elle assistera à un dîner de charité à l'hôtel Taj Mahal.

sur le même sujet, sujet,

VIDEO - "Une décision nécessaire", dit Sapin  

L'INFO - Hollande officialise sa séparation

BILAN - Une première dame en souffrance

LE TWEET - Trierweiler remercie le personnel de l'Elysée

ZOOM - Un président célibataire, ça change quoi ?