Valérie Trierweiler et le rôle difficile de Première dame

  • A
  • A
Valérie Trierweiler et le rôle difficile de Première dame
@ REUTERS
Partagez sur :

La désormais ex-compagne de François Hollande a peiné pour prendre ses marques à l’Élysée.

C’est désormais officiel, Valérie Trierweiler n’est plus la première dame de France. La rupture entre la journaliste et François Hollande a été officialisée samedi par un communiqué de ce dernier. Précisant qu'il s'exprimait à titre personnel et non en tant que chef de l'Etat, car s'agissant de "(sa) vie privée", François Hollande a déclaré à l'AFP : "Je fais savoir que j'ai mis fin à la vie commune que je partageais avec Valérie Trierweiler".

L’épilogue de 20 mois pour celle qui a eu du mal à dessiner les contours de son officieuse fonction et n’a jamais réussi à gagner le cœur des Français.

Elle ne voulait pas être "première dame". D’emblée, Valérie Trierweiler n’a pas fait montre d’un enthousiasme débordant pour la fonction. Le 15 mai 2012, jour de l’investiture de François Hollande à l’Elysée, la journaliste de Paris Match ne cachait pas son peu d’appétence pour le rôle de première dame. "Il faut trouver autre chose. D'ailleurs, si quelqu'un a des idées, je suis preneuse", lançait-elle sur France 2.



Quelques semaines plus tard, Valérie Trierweiler prend la décision de rester journaliste et conserve une chronique littéraire dans Paris Match. "J'ai besoin de gagner ma vie, j'ai trois enfants à charge", expliquait-elle dans Elle. "Je veux bien représenter l'image de la France, faire les sourires nécessaires, être bien vêtue, donner une belle image, mais il ne faudra pas que ça s'arrête là. Je ne serai pas une potiche", annonçait-elle également dans le Times. Elle reste journaliste donc, mais dispose tout de même d’un bureau à l’Elysée et d’un cabinet, dirigé par l’ancien journaliste Patrice Biancone.

Le tweet qui tue. Mais son premier coup d’éclat en tant que première dame sera composé de moins de 140 signes. En pleine campagne des élections législatives, Valérie Trierweiler se fend d’un tweet de soutien à Olivier Falorni, candidats socialiste dissident qui affronte à La Rochelle Ségolène Royal, ex-compagne du chef de l’Etat.

tweet-trierweiler-930

La déflagration est immédiate. Le tweet est retiré, mais le mal est fait. Valérie Trierweiler s’excusera ensuite à plusieurs reprises, mais surtout, elle observe à partir de cet instant une très grande discrétion. Jusqu’à finalement rentrer dans le moule.

De l’humanitaire et des enfants.  C’est finalement en s’engageant dans plusieurs causes humanitaires et auprès des enfants que Valérie Trierweiler semble trouver sa place. En octobre 2012, elle admet, à l’occasion d’un voyage au Congo, que sa carrière n’est "plus une priorité". D’autant que l’Elysée a décidé de lancer une opération reconquête de l’opinion pour la première dame. Qui se déplace dans des écoles où des collèges, par exemple pour faire la dictée à des élèves.

 

Valérie Trierweiler s’attache aussi à changer son image, un brin austère. En Afrique du Sud, elle entame ainsi une dans avec des enfants d’un orphelinat.



Valérie Trierweiler danse avec les enfants d...par BFMTV

 "On l’aime pas". Mais l’alchimie ne prend pas. Jamais Valérie Trierweiler ne remportera l’adhésion des Français. François Hollande a pu le mesurer en mars 2013, lors d’une visite à Dijon. "Ne vous mariez pas. On l’aime pas en France. On l’aime pas, voilà", lui déclare une femme à propos de sa compagne.



sur le même sujet, sujet,

L'INFO - Hollande officialise sa séparation

ZOOM - Trierweiler va décoller pour l'Inde

INFO E1 - La mise au point de Trierweiler

ANALYSE - Trierweiler "plombe politiquement" Hollande