Vœux de Hollande : du "courage" ?

  • A
  • A
Vœux de Hollande : du "courage" ?
Le président de l'UMP, Jean-François Copé, a estimé lundi soir que François Hollande avait montré lors de ses voeux l'image "d'un président en manque de crédibilité, qui mène notre pays dans l'impasse".@ FRANCE 2
Partagez sur :

L'opposition tire à boulets rouges après l'allocution du président. Le PS, lui, se félicite.

François Hollande a reconnu des "soubresauts" et des "contretemps" dans son action, lors de ses premiers vœux en temps que président de la République. Dans une brève allocution de moins de dix minutes, le chef de l’État a malgré tout tenu à redire "sa confiance dans notre avenir" malgré "une crise historique". Immédiatement après, le PS a salué "des vœux de combat" et l’opposition a dénoncé une "autosatisfaction". Tour d'horizon des premières réactions.

>> L'ESSENTIEL - Ce qu'il faut retenir de ce discours

UMP : un "manque de crédibilité". Le président contesté de l'UMP, Jean-François Copé, a estimé lundi soir que François Hollande avait montré lors de ses vœux l'image "d'un président en manque de crédibilité, qui mène notre pays dans l'impasse". Dans un communiqué, Jean-François Copé a dénoncé le "bilan désolant" de François Hollande" avec "les hausses d'impôts (qui) ont mis à l'arrêt les moteurs de la croissance, et la politique anti-compétitive (qui) a contribué à l'explosion du chômage avec 240 000 demandeurs d'emploi supplémentaires". Nadine Morano, la députée UMP de Meurthe-et-Moselle, a vu de sib côté "un président en forme de bienheureux à l’Elysée, toujours à tenir le même cap alors que ce cap ne fonctionne pas".

Cette allocution a duré moins de dix minutes :

FN : Hollande "frise l’indécence". De son côté, Marine Le Pen a jugé que François Hollande avait adressé "des voeux de rien" aux Français, en estimant que "son exercice d'optimisme frisait l'indécence". "Difficile de commenter des voeux aussi creux...François Hollande vit-il dans le même pays que les Français ?", s'est demandé la présidente du Front national. Pour elle, le chef de l’État s'est livré à un exercice d'optimisme imposé (qui) frisait l'indécence tant il était décalé du vécu réel de nos compatriotes, confrontés à une crise sans précédent, un chômage massif, une pauvreté galopante, des désordres majeurs liés à l'insécurité et à l'immigration". "Pour certains d'entre eux, c'est même la boule au ventre qu'ils dormiront cette nuit, espérant ne pas retrouver calcinée leur voiture le 1er janvier.

PS : des vœux de "vérité". Le premier secrétaire du Parti socialiste, Harlem Désir, a, lui, salué lundi soir "les voeux de combat contre la crise et pour l'emploi". Dans un communiqué, il a estimé que les Français avaient "reçu les vœux d'un Président qui écoute leurs attentes, leur dit la vérité et appelle à la mobilisation et au rassemblement de tous dans la bataille pour l'emploi". "J’ai trouvé le président de la République proche, n’ignorant rien des problèmes des Français, dynamique face à la crise, volontaire évidemment face au chômage et clair sur son cap", a renchéri Jean-Christophe Cambadélis, le député PS de Paris, sur Europe 1 mardi.