Une panne de Désir au PS

  • A
  • A
Une panne de Désir au PS
Sans surprise, la motion de Harlem Désir est arrivée en tête.@ MAXPPP
Partagez sur :

Les militants socialistes ont voté pour les motions. Celle de Harlem Désir arrive en tête mais...

C’était l'une des incertitudes du scrutin : quelle sera l’avance de Harlem Désir ? Le futur premier secrétaire, adoubée par la sortante Martine Aubry, s’inquiétait des conditions de sa future accession à la tête de la rue de Solférino. Alors pour espérer obtenir un résultat qui ne le décrédibilise pas, l’ancien patron de SOS racisme a fait la tournée des fédérations. Avec un succès mitigé au vu des premiers résultats.

>> A LIRE AUSSI : pourquoi le Congrès socialiste ne sert à rien

Le dépouillement n’est pas encore totalement achevé, mais la tendance qui se dégage est nette. La motion 1, portée par celui qui a été choisi par le trio Ayrault-Aubry-Hollande, recueillerait 68% des suffrages exprimés. Un score en deçà des espérances des hiérarques socialistes, qui ont toutefois une autre raison de se satisfaire : le chiffre de participation devrait en effet "tourner autour de 85.000 participants, et si c'était le cas, ce serait une participation bonne, autour de 50%", a souligné Alain Fontanel, secrétaire national aux fédérations, au siège du parti. "Contrairement à ce qui été dit, quand il y a un vote, tout n’est pas joué d’avance. Qu’aurait-on dit si j’avais eu 90% ? Que le PS est un parti nord-coréen ou soviétique ? Ça n’est pas le cas", a réagi Harlem Désir vendredi matin, sur France Info.

Un second tour avec un seul candidat ?

La surprise est venue du bon score obtenu par la motion 4 représentée par Stéphane Hessel, l'auteur du best-seller Indignez-vous, et l’économiste Paul Larrouturou : 11,9% des suffrages. Moins étonnante est la qualification pour le second tour de la motion de l'aile gauche, qui a obtenu 13,4%. "L'événement, c'est qu'en additionnant les quatre motions" minoritaires, "c'est un tiers du parti qui n'adhère pas à la motion majoritaire", s’est félicité Jérôme Guedj, l'un des promoteurs de ce texte.

Emmanuel Maurel, premier signataire de cette motion, laisse toutefois  planer le doute sur le maintien ou non de sa candidature. Interrogé par les journalistes, il a ainsi affirmé que c'était certes "plus que probable" qu'il se présente au vu du résultat, mais "devait d'abord en parler avec ses camarades". Prochain rendez-vous : jeudi 18 octobre, pour le second tour du scrutin. Harlem Désir sera alors officiellement élu. Puis il sera investi lors du congrès de Toulouse, du 26 au 28 octobre.