Une comptable face au président

  • A
  • A
Une comptable face au président
@ CAPTURE D'ECRAN TF1
Partagez sur :

Les déclarations de ce témoin ont relancé l’affaire Bettencourt, la poussant jusqu’à l’Elysée.

Intègre, rigoureuse, presque maniaque : Claire Thibout, la comptable qui a été douze ans au service de la milliardaire Liliane Bettencourt, se présente comme une professionnelle sérieuse. Qui peine à réaliser que les informations qu’elle a livrées à la police puis à la presse peuvent faire trembler l’Elysée.

Eric Woerth et Nicolas Sarkozy visés

Dans une interview au site Mediapart diffusée mardi, l'ancienne comptable affirme notamment qu'Eric Woerth, l’actuel ministre du Travail, avait reçu en tant que trésorier de l'UMP la somme de 150.000 euros en liquide pour financer la campagne présidentielle de Nicolas Sarkozy au printemps 2007.

"Ragots", "calomnies", dénoncent l'Elysée et Eric Woerth. "Ma cliente a dit ce qu'elle savait", répond l’avocat de Claire Thibout, Me Antoine Gillot.

Claire Thibout, licenciée à la fin de l’année 2008, avait déjà été placée en garde à vue en juin dernier après une plainte pour "vol de documents" déposée par l'avocat de Liliane Bettencourt. Lundi, elle a subi deux nouveaux interrogatoires, à la demande du procureur Philippe Courroye qui a décidé de relancer l’affaire.

"Ce qu'elle endure est dur"

Deux interrogatoires qui ont poussé celle qui se considère comme un témoin de bonne foi à se confier à la presse. "Par lassitude d'être accusée, elle s'est lâchée, elle en avait marre d'être traitée de voleuse. Elle est soulagée d'avoir parlé même si ce qu'elle endure est dur", raconte son avocat.

Pour prouver ce qu’elle dit, Claire Thibout a demandé aux enquêteurs de vérifier dans les "carnets de caisse" qu’elle a remplis pour Liliane Bettencourt. En attendant de connaître les résultats des investigations, par peur, elle est sortie mardi de chez elle avec une cagoule pour dissimuler son visage.