Une bande de pieds carrés et de tyrans

  • A
  • A
Une bande de pieds carrés et de tyrans
@ MONTAGE
Partagez sur :

Les retraites, les Bleus et Medvedev… Florilège des petites phrases de la semaine.

Le sens du timing - "Avec un sens de la communication qui n'appartient qu'à lui, il a réussi à mourir un 18 juin..." De Jean-Marie Le Pen, président du Front national, saluant la mémoire du général Bigeard.

Le sens des priorités - "Il y a plusieurs millions de personnes dans la rue, il y a des millions de chômeurs, on a des problèmes de pouvoir d'achat, et lui passe son temps à écouter les états d'âmes d'un footballeur qui gagne 15 millions par an". Du secrétaire général de la CFDT, François Chérèque, ironisant sur la réception de Thierry Henry à l'Elysée durant la journée d'action sur les retraites.

Le sens de la mesure - "Dès lors que 23 grévistes parviennent à modifier l'agenda du président de la République, on pourrait penser que les responsables syndicaux puissent être reçus". Du secrétaire général de la CGT, Bernard Thibault, dans une référence aux joueurs de l'équipe de France de football.

Le sens de l’effort - "S'ils ont les pieds carrés et s'ils n'ont pas envie de courir ce n'est pas en faisant une commission d'enquête qu'on arrangera les choses, c'est en les virant et en ne les payant plus". De Jean-Pierre Grand, député UMP "villepiniste".

Le sens des maux - "On ne peut être fragilisé sur des choses sans fondement, des choses fausses". Mais la "calomnie est toujours ce qu'elle est, elle fait toujours mal quand on la reçoit". De Florence Woerth sur l'affaire Bettencourt.

Le sens de l’humour - "L'humour ne doit pas être confisqué par de petits tyrans". Du PDG de Radio France, Jean-Luc Hees, à propos des humoristes Stéphane Guillon et Didier Porte, congédiés de France Inter.

Le sens de la politesse - "Salut tout le monde, je suis maintenant sur Twitter". Du président russe Dmitri Medvedev profitant d'une visite dans la Silicon Valley en Californie pour lancer son propre microblog et son premier tweet.