Pour 2017, la primaire UMP se fera par un vote papier

  • A
  • A
Pour 2017, la primaire UMP se fera par un vote papier
@ AFP
Partagez sur :

PEUR DU BUG - La désignation du candidat de l'UMP à l'élection présidentielle ne se fera pas par voie électronique, a annoncé le député Thierry Solère, en charge d'organiser la primaire.

Le vote électronique, c'est trop risqué pour la primaire de l'UMP. Ainsi en a décidé le président du parti, Nicolas Sarkozy, qui a validé le vote papier pour ce scrutin. "Par nature, le vote papier peut assurer une parfaite transparence de la procédure", a expliqué le député Thierry Solère, chargé d'organiser cette primaire, devant plusieurs journalistes mardi. "Nicolas Sarkozy l'avait annoncé lors de la réunion des nouveaux adhérents en décembre", a précisé cet élu proche de Bruno Le Maire.

Lors de l'élection du président du parti, qui s'était déroulée par Internet en novembre dernier, un bug informatique avait momentanément perturbé le scrutin. L'UMP avait même porté plainte après des "cyberattaques", avait annoncé son secrétaire général d'alors, Luc Chatel.

>> LIRE AUSSI - Sarkozy choisit Solère pour organiser les primaires

Plusieurs autres sujets en débat. Thierry Solère doit rendre en mars son projet de primaire. Le groupe de députés qu'il dirige est composé de représentants de plusieurs des futurs candidats à cette échéance. Mardi après-midi, une réunion devait aborder la question de la charte qui sera soumise aux votants à cette primaire. Lors de la primaire PS de 2011 remportée par François Hollande, les votants signaient l'engagement suivant : "Je me reconnais dans les valeurs de la Gauche et de la République, dans le projet d'une société de liberté, d'égalité, de fraternité, de laïcité, de justice et de progrès solidaire." "Plus de contraintes" dans cette charte, c'est potentiellement "moins de gens qui viennent", a souligné Thierry Solère.

Parmi les autres sujets toujours en débat, selon Thierry Solère, figurent l'autorisation de procurations, les conditions économiques pour voter, celles pour se présenter, la question des parrainages, le financement éventuel des campagnes des candidats par l'UMP ou encore le plafonnement de leurs dépenses de campagnes. Mi-décembre, Thierry Solère avait dit pencher "à titre personnel" pour un vote en octobre 2016.

>> LIRE AUSSI - Présidence de l'UMP, un scrutin pas imperméable aux fraudes