Un tract "Hollande 2022" pour tester la popularité de l'ancien président

  • A
  • A
Un tract "Hollande 2022" pour tester la popularité de l'ancien président
Des tracts défendant le bilan de François Hollande sont distribués un peu partout en France.@ GEORGES GOBET / AFP
Partagez sur :

Comme le révèle le JDD, un groupe de jeunes élus locaux progressistes a décidé de diffuser un tract vantant le bilan du quinquennat Hollande et sous-entendant qu'il pourrait être candidat dans cinq ans.

Mais qui est donc à l'origine de ce tract "Hollande 2022" que certains Français ont pu se voir remettre sur les marchés du Puy-de-Dôme, de Marseille ou de Montreuil ? Selon le JDD, qui raconte cette semaine les "secrets" de cette initiative, de jeunes élus locaux de gauche, réunis sous le nom du groupe "Inventons demain", sont à la manœuvre.

"L'histoire n'est pas terminée". Côté recto, une photo de campagne de François Hollande et un slogan laissant penser qu'il se présentera dans quatre ans. Côté verso, des questions rhétoriques : "qui a tenu face aux attentats ? Qui a rétabli les comptes publics ? Qui a inversé la courbe du chômage ?". Et une phrase pleine de promesses : "l'histoire n'est pas terminée." L'objectif est bien de tester la popularité de François Hollande auprès des marchés, en misant sur une réhabilitation un an après son départ de l'Élysée. L'accueil serait d'ailleurs "beaucoup moins hostile qu'au moment des législatives", assure l'un des animateurs du groupe à l'hebdomadaire. "Bienveillance", "indulgence" et "décrispation" seraient au rendez-vous.

Est-il de retour ? Reste à savoir si François Hollande lui-même est à la manœuvre. Son entourage assure au JDD que non et dit avoir pris connaissance de l'existence des tracts dans une brève du Point, fin juillet. Reste que l'ancien président a multiplié les signes d'envie de revenir, campagne de promotion de son livre, Les Leçons du pouvoir (Stock) et critiques d'Emmanuel Macron à l'appui. Même sa compagne, Julie Gayet, a mis les pieds dans le plat dans les colonnes du Parisien, assurant que "beaucoup de gens espèrent son retour".