Un sursis pour Péchenard et Squarcini

  • A
  • A
Un sursis pour Péchenard et Squarcini
Frédéric Péchenard, encore directeur général de la Police nationale, pourrait être nommé à la déléguation interministérielle à la Sécurité routière.@ MAXPPP
Partagez sur :

Surprise : les chefs de la police et du renseignement n’ont pas été limogés en Conseil des ministres.

Pour au moins une semaine supplémentaire, Frédéric Péchenard et Bernard Squarcini conservent leur poste. Les départs du directeur général de la Police nationale et du directeur central du Renseignement intérieur, tous deux nommés par Nicolas Sarkozy, étaient pourtant attendus à l’issue du Conseil des ministres de mercredi. Mais le nom des deux hommes n’apparaît pas dans le compte-rendu de la réunion ministérielle

Pour autant, leur sort semble scellé. Interrogé sur le maintien à leurs postes de ces deux hauts fonctionnaires, le Premier ministre Jean-Marc Ayrault a confirmé, dans la matinée, sur RTL, qu'ils "seront remplacés".

Péchenard à la Sécurité routière ?

"Il ne s'agit pas de règlement de comptes" ou "de chasse aux sorcières", a assuré le Premier ministre. "Mais il y a quelques postes stratégiques où les personnes qui sont nommées doivent être en cohérence parfaite avec les orientations politiques qui sont celles du président de la République", a-t-il expliqué.

Si l’avenir de Bernard Squarcini n’est pas connu, celui de Frédéric Péchenard se dessine. Le futur ex-directeur général de la Police nationale pourrait être nommé délégué interministériel à la Sécurité routière. Le poste, jusqu’alors occupé par Jean-Luc Névache, est vacant depuis… mercredi et le Conseil des ministres. "C'est une grande cause, je pense que c'est convenable", a aussi jugé Claude Guéant dans une sorte d’adoubement.