Un Salon de l'Agriculture très politique
© MAXPPP

La plupart des candidats à la présidentielle devraient arpenter les allées de la ferme géante.

Les vaches et les cochons sont prêts, les fromages affinés, les bouteilles bien rangées... Tout est prêt à la porte de Versailles pour accueillir les candidats à la présidentielle. Tous, où presque, devraient arpenter les allées du Salon de l'agriculture, qui ouvre ses portes à Paris samedi. Ils sont attendus de pied ferme par les agriculteurs.

Inauguration pour Sarkozy, marathon pour Hollande

Le ballet des candidats a commencé dès samedi avec la visite de Nicolas Sarkozy. Annoncé à partir de 8h30, le candidat président s'est présenté porte de Versailles avec une heure d'avance pour une première rencontre avec les éleveurs occupés à la traite. Il sera suivi, dimanche matin, de François Bayrou, le candidat du MoDem. François Hollande passera toute la journée de mardi à la porte de Versailles, une visite marathon de 6 heures à 16 heures.

Nicolas Dupont-Aignan (Debout la République), Jean-Luc Mélenchon (Front de gauche), et Eva Joly (Europe Ecologie-Les Verts) accompagnée de José Bové, se succéderont jeudi. Vendredi, c'est Marine Le Pen et Dominique de Villepin qui iront à la rencontre des agriculteurs. Les vaches ne devraient toutefois pas pouvoir regarder passer Philippe Poutou (NPA) et Nathalie Arthaud (Lutte ouvrière), qui n'ont, pour le moment, pas annoncé de déplacement.

"Un caractère particulier en cette période électorale"

Les agriculteurs en tout cas comptent bien pousser leurs pions auprès des candidats à la présidentielle. "Cette édition 2012 a un caractère particulier en cette période électorale", reconnaît Xavier Beulin, le président de la FNSEA, principal syndicat agricole.

Il veut ainsi convaincre les responsables politiques que l'agriculture représente un "pôle d'excellence" pour la France, même si le secteur, plombé par un problème de compétitivité, a perdu des places face à son principal concurrent, l'Allemagne. L'agriculture peut néanmoins se féliciter de l'envolée des exportations, portée en grande partie par les prix élevés des céréales.

Mais les agriculteurs voudraient surtout un peu plus de reconnaissance, dans le domaine social - les emplois qu'il propose n'étant pas délocalisables. La compétitivité sera un "thème majeur" du salon, a prévenu Xavier Beulin. Le président de la FNSEA s'est dit "amer" après le refus du gouvernement de faire bénéficier les exploitations agricoles de la réforme de la TVA sociale qui doit permettre un allègement du coût du travail.