Un Joly pas vers 2012

  • A
  • A
Un Joly pas vers 2012
@ REUTERS
Partagez sur :

L’ex-juge d’instruction jouit d’une grande popularité auprès des militants réunis à Nantes.

Les écologistes actuellement réunis à Nantes pour leurs Journées d’été sont en plein paradoxe. Alors qu’ils peinent à dissimuler leurs dissensions, ils pourraient bien avoir réglé une question qui empoisonne nombre d’autres formations politiques : celle du candidat à l’élection présidentielle de 2012. Car après avoir été quasiment adoubée par les dirigeants des Verts et d’Europe Ecologie, Eva Joly, qui a récemment fait part de son envie de se présenter, est aussi la candidate préférée des militants.

"Elle ne fait pas partie du sérail"

Pour la base, la députée européenne possède plusieurs atouts de taille. D’abord son image de femme intègre, gagnée au cours de sa carrière de juge d’instruction en général, et au cours de l’affaire Elf en particulier. "Son honnêteté et son niveau de culture donnent de la crédibilité à la candidature écologiste" à l'Elysée, estime ainsi Aida Sedano, une sympathisante des Verts venue de Paris. "Elle est connue pour avoir su être droite (...) pour avoir lutté contre la corruption, contre un dévoiement politique et économique", a confirmé José Bové sur RTL.

D’autre part, beaucoup voient dans le côté novice d’Eva Joly, lancée en politique depuis deux ans seulement, une force et non une faiblesse. Damien, jeune militant de 24 ans, se félicite ainsi qu’elle ne fasse "pas partie du sérail". "Avec son expérience de magistrate, elle connaît quand même les rouages du système", tempère cet urbaniste venu des Yvelines.

Des primaires de l’écologie ?

Reste tout de même à définir les modalités d’officialisation de cette candidature. Sur ce point, le consensus est loin d’être trouvé. Ainsi, certains souhaitent que les militants soient consultés à l’automne 2011, alors que certains proches d'Eva Joly, comme le député européen Yannick Jadot, plaident pour une désignation dès le début de l'an prochain. En outre, l’idée d’un ticket avec Cécile Duflot, secrétaire nationale des Verts, est loin de faire l’unanimité.

Eva Joly a de son côté fait part de sa préférence pour des "primaires de l’écologie" après les assises de novembre à Lyon, qui doivent redéfinir Europe Ecologie. "J'espère qu'il y aura beaucoup de candidats et que nous en débattrons à ce moment là", a ajouté l’ancienne magistrate, soulignant qu'une "responsabilité énorme nous incombe. En réussissant un bon score en 2012, nous pouvons imposer à nos partenaires une autre vision de la société et de son fonctionnement démocratique."