Un homonyme d’Ali Soumaré condamné

  • A
  • A
Un homonyme d’Ali Soumaré condamné
@ MAXPPP
Partagez sur :

La procureure a démenti certaines informations mises en avant par plusieurs élus UMP.

La polémique est avant tout politique. Depuis vendredi dernier, Francis Delattre, le maire de Franconville et Sébastien Meurant, le maire de Saint-Leu-la-Forêt, accusent Ali Soumaré, tête de liste du PS dans le Val d’Oise, d’être un "délinquant multirécidiviste chevronné". Mais qu’en est-il vraiment sur le plan judiciaire ?

Ce qu’ont affirmé dans un premier temps les élus UMP. Au départ de l'affaire, ils ont mis cinq condamnations au compte d’Ali Soumaré : en 2002 pour vol aggravé, en 2007 pour vol aggravé, vol avec violence, et usage de carte de paiement contrefaite, en 2008 pour violences ayant entraîné une interruption temporaire de travail de moins de huit jours, en 2010 pour conduite sans permis de conduire et en 2009 pour rébellion à agents de la force publique.

Ce que dit la justice. La procureure de Pontoise, Marie-Thérèse de Givry, a précisé au micro d’Europe 1 qu’Ali Soumaré n’était pas la personne qui avait été condamnée en février 2007. Il s’agit d’un "homonyme". Cette décision, rendue par le tribunal pour enfants de Pontoise, "n’est pas publique", a précisé Marie-Thérèse de Givry.





"Ali Soumaré : un délinquant multirécidiviste". 300150


Ce qu'affirment désormais les élus UMP.Dans un communiqué diffusé mardi après-midi, Francis Delattre, le maire de Franconville et Sébastien Meurant, le maire de Saint-Leu-la-Forêt, assurent que quatre de cinq "condamnations et décisions de justice" qu’ils avaient imputées à Ali Soumaré sont réelles. A propos des faits de "conduite sans permis", les élus UMP ironisent : "Tous les militants socialistes du Val d’Oise savent que votre client ne se déplace qu’avec un chauffeur sur les marchés et toute autre manifestation. Vous pouvez donc vous assurer vous-même de l’exactitude de l’information en lui demandant son permis de conduire". Commentant les faits de "rébellion à agents", ils insistent : "Ceci éclaire parfaitement le rôle de pacificateur de M. Ali SOUMARÉ dans les quartiers tant vanté par les socialistes locaux".

Ce que reconnaît Ali Soumaré. Dans une interview au quotidien Le Parisien-Aujourd'hui en France, le candidat socialiste a expliqué mardi avoir "payé sa dette" pour "une erreur de jeunesse dont j'ai tiré les conséquences". "J'ai même eu un déclic à ce moment-là", a-t-il ajouté. C’était en 1999.

Ce que dit l’avocat d’Ali Soumaré. Me Jean-Pierre Mignard a assuré que son client niait trois des cinq affaires qui sont imputées, l'une faisant notamment l'objet d'un appel. Il a aussi indiqué que son client a été réhabilité après sa condamnation de 1999. Cela signifie que plus personne n’a théoriquement le droit d’évoquer publiquement cette affaire. Il a enfin précisé qu’il s’apprêtait à déposer une plainte pour diffamation contre Francis Delattre et Sébastien Meurant. "On ne jette pas comme cela l'honneur des personnes en patûre", a-t-il commenté sur Europe 1.