"Un drame humain pour les seniors"

  • A
  • A
"Un drame humain pour les seniors"
@ EUROPE 1
Partagez sur :

La réforme des retraites créera "de nouvelles victimes" de la crise, estime Pierre Mauroy.

"Nous sommes toujours pour la retraite à 60 ans, avec des aménagements, bien entendu. C’est un grand symbole de la vie sociale du pays", a affirmé Pierre Mauroy, invité d’Europe 1 vendredi.

L’ancien Premier ministre, qui avait fait voter la réforme à 60 ans en 1982, a peur que le projet de loi ajoute "de nouvelles victimes" à la crise économique : "ça n’est pas la peine d'ajouter encore des victimes, en particulier les jeunes et les seniors qui souffrent du chômage. On ne leur permet pas de travailler jusqu’à l’âge de la retraite et on recule l’âge de départ. C’est un drame humain tout cela".

Ecoutez-le sur Europe 1 :

Sarkozy "ne sait pas utiliser le temps"

Pierre Mauroy a martelé la nécessité de négocier. "Je suis contre la violence et pour la négociation. C’est indispensable de dialoguer avec tout le monde, le gouvernement aurait dû engager une grande négociation", a-t-il estimé. "En 2013 est prévu un grand rassemblement de tout le monde pour tenir compte des imperfections. On a passé des heures à l’assemblée et au sénat, des heures avec un gouvernement qui ne voulait pas ouvrir la porte, puis on nous dit qu’on fera un grand rassemblement en 2013 ! Vous l’avez compris c’est quand même un an après 2012, la présidentielle".

L’accélération de la procédure de vote de la réforme des retraites au Sénat, via le vote unique, n’a pas étonné le sénateur. "Il faut prendre du temps, dans certains pays ça dure des années. Nous avons un président qui ne sait pas utiliser le temps, il veut toujours aller très vite".

Je soutiens Martine Aubry

Pierre Mauroy a réitéré son soutien à Martine Aubry, celle qu’il a toujours épaulée. "Je soutiens Martine Aubry pour 2012 si elle se présente".

Il a également tenu à démentir les informations selon lesquelles Michel Rocard, Jacques Delors et Laurent Fabius étaient contre la retraite à 60 ans en 1982 : "non je ne crois pas, on n'a pas toujours été d’accord avec eux, en particulier Michel Rocard, mais en ce qui concerne l’âge de la retraite on a été unanimement rassemblés".