Un dissident face à Georges Tron

  • A
  • A
Un dissident face à Georges Tron
Législatives: une candidature dissidente face à Tron (UMP) dans l'Essonne@ MaxPPP
Partagez sur :

Philippe Brun, opposant de longue date à l'UMP Georges Tron, a décidé de se présenter contre lui. 

Alors que l'enquête qui le vise patine, Georges Tron a obtenu, samedi, l'investiture du parti présidentiel en vue des législatives dans la 9e circonscription de l'Essonne. "Un scandale", pour le président de l'association Draveil Villages, Philippe Brun, qui annonce, lundi, sa candidature dissidente. 

"Une caution à un personnage englué dans les affaires"

"Personne ne comprend dans la circonscription que l'UMP ait pu donner sa caution politique à un personnage englué dans une épouvantable affaire de harcèlements et de viols présumés", précise Philippe Brun dans un communiqué. Georges Tron, député-maire de Draveil, a, en effet, été mis en examen le 22 juin 2011 pour viols et agressions sexuelles en réunion et par personne ayant autorité. Il a été laissé en liberté sous contrôle judiciaire.

Philippe Brun, qui affirme être membre de l'UMP "soutenu par des membres de l'UMP locale mais aussi par des élus de la majorité municipale", dit craindre que cette affaire sulfureuse ne fasse perdre la circonscription Draveil-Ris-Orangis à l'UMP.

L'UMP ne reconnaît pas Philippe Brun

Reste que pour l'heure, l'UMP ne reconnaît pas Philippe Brun comme l'un de ses membres. "Il ne fait plus partie de notre mouvement", a précisé le secrétaire départemental du parti, Jacques Lebigre. "S'il veut se présenter, c'est son problème", a-t-il poursuivi.

"Nous avons une candidature, c'est celle de Georges Tron, député dans la 9e circonsciption", a continué Jacques Lebigre, assurant qu'aucune question ne s'était posée sur son investiture, validée samedi par la commission nationale du parti.

Georges Tron, 54 ans, avait démissionné le 29 mai 2011 de son poste de secrétaire d'Etat à la Fonction publique.Opposant de longue date à Georges Tron, Philippe Brun avait réclamé sa démission de la mairie dès sa mise en examen, en juin 2011.