Un député va porter plainte pour chantage contre Darmanin

  • A
  • A
Un député va porter plainte pour chantage contre Darmanin
Le député LR a déclaré avoir reçu un SMS en "début de semaine" de Gérald Darmanin.@ AFP
Partagez sur :

Daniel Fasquelle a annoncé jeudi vouloir porter plainte contre le ministre de l'Action et des Comptes publics après la publication d'un SMS lui ayant été envoyé.

Le député LR Daniel Fasquelle a annoncé jeudi porter plainte "pour menace, chantage et abus de pouvoir" contre Gérald Darmanin, après la publication d'un SMS lui ayant été envoyé par le ministre de l'Action et des Comptes publics pour se plaindre de ses critiques. "C'est une opération de communication de Daniel Fasquelle qui se trouve dans une situation assez compliquée pour sa réélection", a répliqué l'entourage de Gérald Darmanin, parlant d'un SMS à "l'humour corrosif". 

"Bonjour Daniel, cela fait plusieurs fois que je lis des messages très loin d'être sympathiques sur moi. Faut-il que je soutienne le candidat En Marche! dans ta circonscription ? Ou bien que je publie les lettres de demandes d'interventions fiscales que tu m'envoies depuis ma nomination ?" a écrit Gérald Darmanin au député dans un SMS publié jeudi par Le Parisien. 

"Pas acceptable". Dans un communiqué et un courrier au Premier ministre, Daniel Fasquelle, qui avait rédigé plusieurs tweets critiques après l'entrée de son ex-collègue LR des Hauts-de-France au gouvernement, a annoncé qu'il porterait plainte "devant la Cour de justice de la République et auprès du procureur de Paris". "Il n'est pas acceptable que l'administration fiscale puisse être utilisée par un ministre à des fins d'intimidation de ses adversaires politiques (...) En agissant ainsi, ce sont tous ceux qui ont, un jour, sollicité un soutien de parlementaires pour leurs démarches auprès de l'administration fiscale, qui peuvent se sentir menacés", juge le député-maire du Touquet (Pas-de-Calais).

Le député LR a déclaré avoir reçu ce SMS en "début de semaine", "l'avoir fait constater par huissier", mais assuré que sa publication, dont il dit ne pas être à l'origine, a précipité sa décision.