UMP : un baron "mal à l’aise" se met "en congé"

  • A
  • A
UMP : un baron "mal à l’aise" se met "en congé"
@ MaxPPP
Partagez sur :

LETTRE - Il y a 56 ans, Robert Grossmann s’engageait à droite. Aujourd’hui, il se retire de l’UMP car "il ne s’y retrouve plus".

L’INFO. Les affaires Copé et Buisson font des dégâts dans l’opinion, mais pas seulement. A quelques heures du meeting commun à Strasbourg entre Jean-François Copé, François Fillon et Jean-Pierre Raffarin, un baron local a publié une lettre sur le site des Dernières nouvelles d’Alsace. Robert Grossmann, qui a siégé 49 ans au conseil municipal de Strasbourg, y annonce sa volonté de se mettre en congé de l’UMP car il se sent "mal à l’aise depuis un certain temps".

"Ton argumentation consistant à dire ‘votez UMP contre Hollande’ est négative." "A Jean-François Copé", commence-t-il sa lettre, avant d’expliquer au patron de l’UMP pourquoi il n’assistera pas au grand meeting de Strasbourg : "les élections municipales sont des élections locales. (…) En faire un enjeu national est une mauvaise affaire et ton argumentation consistant à dire ‘votez UMP contre Hollande’ est négative. Elle est de plus trompeuse car quel que soit le résultat des élections municipales, Hollande ne partira pas et nous l’aurons sur le dos encore trois ans", estime-t-il, regrettant au passage "un certain parigot-jacobinisme illusoire". 

"Je t’adresse officiellement ma décision de me mettre en congé de ton UMP". Gaulliste de la première heure, Robert Grossmann a mis du temps à rompre en raison d’"une sorte d’imbécile fidélité alors que tant de [ses]amis avaient rompu depuis longtemps." Mais désormais, celui qui a participé au "lancement en politique et dans les médias d’un jeune étudiant, Nicolas, en 1975", veut "recouvrer sa totale liberté". Je ne m’y retrouve plus dans ton UMP et, après avoir mûrement réfléchi, j’ai décidé de rompre et de mettre mon engagement en accord avec ma conscience." Et de conclure : "je t’adresse officiellement ma décision de me mettre en congé de ton UMP."

sur le même sujet, sujet,

PHOTO - A Strasbourg, Fillon et Copé ont fait semblant