UMP : Jean-François Copé enfile le costume de prof à Sciences Po

  • A
  • A
UMP : Jean-François Copé enfile le costume de prof à Sciences Po
@ AFP
Partagez sur :

L'ancien patron de l'UMP donne des cours en langue anglaise, une fois par semaine.

L'INFO. "Copé est dans une phase de construction personnelle. Il n'est plus le même", nous confiait, courant décembre, un proche de l'ancien président de l'UMP. Il ne nous avait donc pas menti. Selon L'Express, Jean-François Copé n'est "plus le même", non, désormais, il est… professeur à Sciences Po Paris.

>> LIRE AUSSI - Coucou, revoilà Copé !

Un cours en langue anglaise. Depuis qu'il a été contraint de quitter la présidence de l'UMP par l'explosion de la bombe Bygmalion, Jean-François Copé est très discret. Ce qui ne l'empêche pas de travailler. Depuis le début de l'année 2015, le maire de Meaux a ainsi enfilé les habits de prof. Chaque vendredi matin, il donne un cours intitulé: "Légiférer et gouverner dans un monde globalisé". Quelque 20 étudiants, Français et étrangers, assistent à cette leçon en anglais.

Dans le document de présentation du cours, mis en ligne sur le site de L'Express, on apprend que "l'objet principal de ce cours est de familiariser les étudiants - parmi lesquels ceux qui nourrissent l'idée d'une carrière en droit international et politique, recherche, journalisme, fonction publique nationale ou internationale- avec l'art de la gouvernance et un large éventail d'outils analytiques et politiques pour leur permettre de réfléchir de manière critique aux origines et à l'impact des politiques publiques dans un monde globalisé". Tout un programme.

Mis en examen pour "abus de confiance" dans l'affaire des pénalités de Sarkozy. Une activité qui devrait permettre à Jean-François Copé de se changer un peu les idées et d'oublier ses problèmes politico-judiciaires. Dans le cadre de l'enquête sur le paiement par son parti des pénalités qui avaient été infligées à Nicolas Sarkozy par le Conseil constitutionnel, son bureau de député a été perquisitionné, le 22 janvier dernier. Et, deux semaines plus tard, on apprenait que l'ancien patron de l'UMP était mis en examen pour "abus de confiance".

>> LIRE AUSSI - Pénalités de Sarkozy : Copé mis en examen pour "abus de confiance"