UMP : ces solutions qui ont échoué

  • A
  • A
UMP : ces solutions qui ont échoué
@ Reuters
Partagez sur :

ZOOM - Depuis douze jours, tout le monde à l’UMP y va de sa proposition pour sortir de la crise.

Tous les moyens sont bons pour sauver l’UMP. Depuis le début du psychodrame, pas un jour ne passe sans qu’une nouvelle hypothèse ne soit avancée. Toutes ces propositions ont échoué. Pour le moment.

LES PROPOSITIONS DU CAMP FILLON

Un recours en justice
La menace est brandie par François Fillon en personne, dimanche dernier, et est considérée comme une arme atomique dans les rangs du parti. Un huissier a même été dépêché au siège de l’UMP pour saisir les données électorales du scrutin. En vain…

>> A LIRE AUSSI : quel recours en justice pour Fillon ?

alain juppé grand rendez-vous europe 1 930620

© EUROPE 1

La médiation Juppé
Le "meilleur d’entre nous" suggère une instance collégiale d'arbitrage, mais pose ses conditions. Après avoir reçu les deux belligérants, il jette l’éponge dimanche dernier.

Un revote total

Le camp Fillon l'exige très tôt, puis la proposition est reprise par des non-alignés. Quelque 80% des sympathisants y sont favorables. Dans le camp Copé, certains flanchent quelque peu, mais leur patron reste ferme.

>> A LIRE AUSSI : faut-il revoter ou pas ?

La scission parlementaire
Une solution radicale, qui a été mise en œuvre mardi avec la création d’un groupe dissident de députés UMP, le Rassemblement-UMP. François Fillon en est le président.

>> A LIRE AUSSI : c'est quoi ce groupe pro-Fillon ?

LES PROPOSITIONS DU CAMP COPE

Un référendum
 L’idée aurait été soufflée à Jean-François Copé par Nicolas Sarkozy, mardi : demander aux adhérents UMP s'ils souhaitent remettre en jeu la présidence du parti. Chaque camp est d’accord sur le principe, mais pose ses conditions. Des conditions "qui ne sont pas réunies", tranche le président proclamé sur Europe 1.

>> A LIRE AUSSI : Copé dit non au référendum interne

La politique de l’autruche
Jean-François Copé l’a répété plusieurs fois : il a été élu président et se comportera comme tel. Désormais, il sera le principal opposant à la majorité et a d’ailleurs été reçu par François Hollande à l’Elysée.

08.02.Christian Jacob Côte d'Ivoire.930620

© MAXPPP

Un groupe de travail
Proposé jeudi par Christian Jacob, chef de file des députés UMP, il serait composé à parité de pro-Copé et de pro-Fillon pour organiser ce référendum. François Fillon l’a également repris à son compte.

Une commission de conciliation
 L’idée a germé dans l’esprit de Jean-Pierre Raffarin, jeudi soir. Cette instance serait composée de cinq personnes désignées par François Fillon et cinq autres par Jean-François Copé. Son objectif : se concentrer sur 2014, et seulement ensuite  réviser les statuts du parti pour organiser une nouvelle élection interne. Une proposition restée sans réponse pour le moment.

LES PROPOSITIONS DES NON-ALIGNES

Une pétition
 C’est une idée de Nathalie Kosciusko-Morizet. "Aujourd'hui, le résultat de l'élection est trop incertain. Nous voulons revoter", argue-t-elle lundi sur Europe 1. Vendredi matin, sa proposition a été signée par 30.619 signatures.

Réduire le mandat du président
 L’idée de l'ex-secrétaire d'Etat Frédéric Lefebvre n’a rencontré que très peu d’écho : ramener le mandat du président Copé de 3 ans à 18 mois, le temps de réformer les statuts.

David Douillet maxppp 930620

© MAXPPP

Saisir la commission des Sages
Prévue dans les statuts de l'UMP, composée des anciens présidents du parti et ses anciens secrétaires généraux, elle se saisit des cas de manquement à l’honneur d’un élu. David Douillet souhaite qu’elle supervise un nouveau vote.

Un revote partiel
 Plutôt que d’organiser un nouveau vote, certains ont proposé un revote uniquement là où le vote des adhérents est contesté.