La porte-parole du gouvernement a critiqué à mots couverts mercredi le rôle joué par Nicolas Sarkozy dans le conflit à l'UMP, invitant l'ancien président à faire preuve de réserve en tant que membre du conseil constitutionnel. Appelé à la rescousse dans la guerre fratricide que se livrent François Fillon et Jean-François Copé pour la présidence de l'UMP, Nicolas Sarkozy a inspiré l'idée d'un référendum interne sur l'opportunité d'organiser un nouveau vote pour les départager.

Les règles du Conseil constitutionnel "sont suffisamment claires : il est demandé à chacun de ses membres de faire preuve d'indépendance politique, et je pense que ce message a été entendu par chacun", a déclaré Najat Vallaud-Belkacem lors du compte rendu du conseil des ministres. "Membre du Conseil constitutionnel, cela signifie en effet être au service des Français sans option politique marquée et donc dans une certaine indépendance", a-t-elle ajouté.

La porte-parole du gouvernement a qualifié le conflit qui s'éternise à l'UMP de "spectacle affligeant, préoccupant pour la démocratie" et a dit craindre les conséquences de "la mauvaise image" ainsi donnée des responsables politiques.