UMP : accusé de détournements, Fillon riposte

  • A
  • A
UMP : accusé de détournements, Fillon riposte
@ MAXPPP
Partagez sur :

POLÉMIQUE - Accusé d'avoir fait payer par l'UMP ses déplacements vers sa résidence personnelle, l'ex-Premier ministre dénonce une "calomnie".

L'info. "Jamais, jamais, jamais, c'est totalement faux, c'est juste de la calomnie". François Fillon a réagi avec vigueur aux rumeurs affirmant que l'ancien Premier ministre aurait facturé auprès de l'UMP des voyages en hélicoptère vers sa résidence dans la Sarthe. "C'est assez lamentable", s'est insurgé le député, avant de laisser entendre que des rivaux au sein de l'UMP pourraient être à l'origine de cette affaire.

Fillon accusé de voler aux frais de l'UMP. Le Premier ministre réagissait aux informations de l'hebdomadaire L'Express, selon lequel "les proches de Jean-François Copé se sont replongés dans les factures du précédent quinquennat et ont notamment retrouvé trace de déplacements en hélicoptère payés 12.000 euros l'aller entre Paris et la Sarthe où se situe la résidence de l'ancien Premier ministre".

"C'est juste de la calomnie". "Jamais, jamais, jamais, c'est totalement faux, c'est juste de la calomnie", a répliqué le député de Paris. "Quand j'étais Premier ministre et que je faisais des campagnes électorales pour aller soutenir des candidats dans toute la France, naturellement je le faisais par des moyens financés par mon parti et pas par l'Etat, c'est la moindre des choses", plaide-t-il, avant d'assurer que des voyages en hélicoptère n'ont "jamais, jamais" servi à assurer des déplacements vers sa résidence.

29.09.Bandeau.UMP.Fillon.Cope.e1default.460.100

Un nouvel épisode des guerres intestines à l'UMP ? Et François Fillon de pointer du doigt les personnes à l'origine de cette fuite, qu'il va chercher au sein de son propre camp. "Ça veut dire que quand je demande de la transparence, on me répond par l'air de la calomnie et c'est assez lamentable", s'est-il indigné. Avant de rappeler qu'il a demandé à plusieurs reprises un "comité de supervision des comptes du parti" au président de l'UMP Jean-François Copé.

Une manière indirecte de rappeler que son rival est empêtré dans l'affaire Bygmalion, une société de communication fondée par des proches de Jean-François Copé et soupçonnée d'avoir surfacturé ses prestations à l'UMP. Le parquet de Paris a ouvert le 5 mars une enquête préliminaire.

sur-le-meme-sujet-sujet_scalewidth_460_scalewidth_460

ON VOUS RÉSUME - Une du Point : ce qu'on sait sur "l'affaire Copé"

JUSTICE - Affaire Copé : une enquête préliminaire ouverte

DECRYPTAGE - Finances de l'UMP : Copé lance sa riposte

SOUVIENS TOI - Copé n’a pas toujours défendu la transparence