Uderzo : Courroye soupçonné de partialité

  • A
  • A
Uderzo : Courroye soupçonné de partialité
@ MAXPPP
Partagez sur :

La fille du dessinateur a demandé mardi la désignation d'un juge d'instruction. 

C'est un acte de défiance à l'égard du procureur Philippe Courroye. Par l'intermédiaire de son avocat, Sylvie Uderzo, la fille du dessinateur Albert Uderzo, 83 ans, a déposé plainte avec constitution de partie civile devant la doyenne des juges du tribunal de Nanterre, mardi, selon le monde.fr. Objectif : obtenir la désignation d'un juge d'instruction, indépendant du parquet et de Philippe Courroye.

Dans le Monde, Syvie Uderzo remet en cause la partialité du procureur de Nanterre. En cause, le fait que Michel Mouchtouris, un notaire qui aurait été "imposé" à Albert Uderzo et à son épouse pour gérer les affaires du couple, ait pour avocat Me Olivier Baratelli. Or, ce conseil est aussi le défenseur de l'adjointe du procureur de Nanterre, Marie-Christine Daubigney mise en cause dans l'affaire des fadettes.

"Ayant constaté que le conseil du notaire, qui a aussi été l'avocat de la société de mon père – les Editions Albert et René –, se retrouve aujourd'hui avocat du parquet de Nanterre dans une autre affaire, celle dite des fadettes, je préfère confier la conduite de l'enquête à un juge d'instruction", indique Sylvie Uderzo au monde.fr

D'après elle, cette proximité pourrait expliquer pourquoi l'enquête préliminaire du parquet de Nanterre sur l'abus de faiblesse est toujours au point mort, depuis son ouverture, en mars. "Huit mois après la plainte, les principaux protagonistes du dossier n'ont toujours pas été entendus !", s'étonne Me de Montbrial, l'avocat de la fille du dessinateur, dans le Monde.