Twitter ou la fin du off en politique

  • A
  • A
Twitter ou la fin du off en politique
@ CAPTURE D'ECRAN TWITTER
Partagez sur :

Deux députés UMP ont brisé mercredi, sur Twitter, le secret de réunions politiques à huis clos.

Cela s’appelle "une source proche du dossier".

Au sortir d’une audience à huis clos ou d’une réunion, "une source proche du dossier" donc rapporte ce qu’il s’est décidé et dit dans une enceinte interdite aux journalistes, parfois même mot pour mot. Ces propos deviennent ensuite des "confidentiels" qui alimentent les pages politiques des journaux et magazines.

Twitter et la fin des "confidentiels"

Mais Twitter est en passe de changer la donne. Désormais, nul besoin d’attendre la fin de ces réunions pour avoir vent de "ces confidentiels"… Et pour cause, les politiques, eux-mêmes, livrent leurs indiscrets sur Twitter.

Mercredi, dans la même journée, deux députés de la majorité ont illustré à la perfection cette tendance.

En 140 signes sur le site de micro-blogging, ces deux élus se sont racontés à coups de live-tweets, des comptes-rendus en direct de leurs déjeuners ou réunions politiques.

Deux députés, twitter-addicts

Le premier - le député UMP Lionel Tardy, un récidiviste (on y reviendra plus tard) - n’a en effet pas hésité à briser la loi du silence en rapportant ce qu’il se passait lors d’une audition à l’Assemblée qui se déroulait pourtant à huis clos : celle de Raymond Domenech et de Jean-Pierre Escalettes.

tardy

© CAPTURE D'ECRAN TWITTER

En cours d’audience, le député a toutefois été rappelé à l’ordre par la présidente de la commission. "Direct audition Escalettes et Domenech : j'ai pris un carton rouge .... fin des tweets !", a ensuite lancé sur Twitter le député Lionel Tardy, visiblement dépité.

@yfavennec défie l’Elysée

Pas de quoi, en tout cas, décourager ses camarades. Quelques heures plus tard, en effet, un autre député live-twittait un déjeuner politique avec Nicolas Sarkozy. Nicolas Sarkozy "réorganisera le gouvernement en octobre et tirera sévèrement les conséquences de comportements de ministres", a alors lâché sur Twitter, des petits fours à la main, le député UMP de Mayenne Yannick Favennec.

Twitter @yfavennec

© CAPTURE D'ECRAN TWITTER

Yannick Favennec, interrogé par Europe1.fr, ne voit pas où est le problème : "A huis-clos, je ne sais pas ce que ça veut dire parce que les collègues qui étaient dans la réunion de groupe, une fois qu’ils sont sortis, ils se précipitent dans la salle des quatre colonnes pour dire ce qui s’est passé", se défend-il.

Seule nuance, "nous on le fait en direct. Je ne vois pas ce qu’il y a de répréhensible. Il faut être un peu au goût du jour, il faut vivre un peu dans son temps", renchérit le député.

"Un bien et un mal"

Benoît Apparu, le secrétaire d'Etat au Logement et chargé des communautés numériques à l’UMP est moins enthousiaste. "J'y vois du bien et du mal.La tradition, pour ces réunions sans présence des journalistes, c’est qu’à la fin quand tu sors, tu appelles un journaliste et tu lui balances en off quelques déclarations. Lui écrira dans son article, "a dit une source parlementaire"…", raconte-t-il à Europe1.fr.

"Avec Twitter, l’avantage c’est que ces infos sont désormais signées. Mais en même temps, il n’y a plus de huis clos, la règle du jeu n’est pas respectée", déplore-t-il.

Prime à l’égo

Les députés twitter-addicts, eux, ne regrettent rien. Et pour cause l’opération leur fait une belle publicité.

Lionel Tardy, qui avait déjà live-tweeté des réunions UMP, a une nouvelle fois fait parler de lui sur la quasi-totalité des sites d’info. Quant à Yannick Favennec, il a, lui, sorti une des infos du jour : Nicolas Sarkozy a confirmé un remaniement en octobre. Pas sûr, qu’il aurait été crédité de cette information, s’il avait attendu, comme d’habitude la fin du déjeuner… D’ailleurs depuis 18h, les deux députés annoncent sur twitter qu’ils feront le tour des plateaux télé.