Trois ans de prison et cinq ans d'inéligibilité requis contre le député Paul Giacobbi

  • A
  • A
Trois ans de prison et cinq ans d'inéligibilité requis contre le député Paul Giacobbi
@ PASCAL POCHARD CASABIANCA / AFP
Partagez sur :

Le député Paul Giacobbi est accusé d'avoir détourné des fonds publics dans l'affaire dite "des gîtes ruraux".

Le réquisitoire est lourd. Trois ans de prison ferme, 100.000 euros d'amende et cinq ans d'inéligibilité ont en effet été requis mardi contre le député DVG de Haute-Corse Paul Giacobbi, qui comparaît devant le tribunal correctionnel de Bastia pour détournement de fonds publics.

"Un recul pour la République". Paul Giacobbi, 59 ans, était "le grand ordonnateur de ce système qu'il a mis en place à son bénéfice exclusif", a déclaré lors de l'audience le procureur de la République de Bastia Nicolas Bessone, selon lequel ce détournement a été réalisé "dans des proportions jamais atteintes" en Corse. "Si Paul Giacobbi n'était pas condamné, ce serait un recul pour la République", a ajouté le procureur.

Près d'un demi-million de subventions. Paul Giacobbi est suspecté d'avoir été "politiquement" le principal bénéficiaire d'un système clientéliste au préjudice du département de Haute-Corse qu'il a présidé de 1998 à 2010. Près d'un demi-million de subventions attribuées entre 2007 et 2010 pour construire ou rénover des gîtes ruraux ont été détournées au profit personnel d'une quinzaine de personnes mises en examen avec des élus et des hauts-fonctionnaires.

Paul Giacobbi a toujours nié. Lundi soir, le parquet avait requis des peines de prison avec sursis de un à trois ans, pour 15 de ces bénéficiaires, ainsi que des amendes allant de 15.000 à 45.000 euros. Seul un des bénéficiaires, déjà condamné dans le passé, a vu requérir contre lui une peine de deux ans de prison ferme. Paul Giacobbi, jugé aux côtés de 23 autres prévenus, a toujours nié son implication dans ce vaste système de détournement de fonds publics.