Trierweiler va attaquer Closer pour "atteinte à la vie privée"

  • A
  • A
Trierweiler va attaquer Closer pour "atteinte à la vie privée"
@ REUTERS
Partagez sur :

JUSTICE - Le magazine people va publier des photos de l’ancienne Première dame en maillot de bain, sur une plage de l’île Maurice.

L’INFO. Cette fois, elle attaque. Au moment de la révélation de la relation entre François Hollande et Julie Gayet, c’est cette dernière qui avait décidé de porter plainte le magazine Closer. Mais vendredi, le magazine people va publier des photos de Valérie Trierweiler en maillot de bain. Et l’ancienne Première dame a fait savoir qu'elle allait déposer une plainte pour "atteinte à la vie privée".

Une villa à presque 1.500 euros la nuit. Dans sa prochaine édition, Closer va publier des photos à la plage de Valérie Trierweiler, et de ses amies Valérie de Senneville, épouse du ministre du Travail Michel Sapin, et Saïda Jawad, compagne de l'acteur Gérard Jugnot. On y voit la journaliste et ses amies vêtues de maillots de bain deux pièces, se baignant, marchant sur la plage ou allongées sur des transats. Closer affirme même qu’"elles avaient réservé l'une des treize villas luxueuses posées au bord d'un lagon (...) qui se louent à partir de 1.420 euros la nuit, et jusqu'à 1.968 euros pour une villa baptisée ‘présidentielle’".

La compagne de Jugnot attaque elle aussi. Les deux amies de Valérie Trierweiler, avec qui elle a passé le réveillon de la Saint-Sylvestre au pavillon de la Lanterne, à Versailles, vont également attaquer le magazine people. Saïda Jawad souhaite "intenter une action en justice pour atteinte à la vie privée et atteinte au droit dont elle dispose de son image", a notamment déclaré son conseil.

sur le même sujet, sujet,

INTERVIEW E1 - Closer : "on a eu beaucoup de chance" sur l'affaire Gayet

CONFIDENCES - Trierweiler : rupture "sans préavis" avec Hollande

PROJECTION - Quel avenir pour Valérie Trierweiler ?

RÉCIT - Trierweiler : le premier jour du reste de sa vie

PORTRAIT - Trierweiler, une première dame en souffrance