Trierweiler : "c'est Dallas à l'Elysée"

  • A
  • A
Trierweiler : "c'est Dallas à l'Elysée"
Valérie Trierweiler s'est immiscée contre toute attente dans la campagne des élections législatives en France en apportant mardi ses encouragements au dissident socialiste opposé à Ségolène Royal à La Rochelle.@ MAXPPP/REUTERS
Partagez sur :

L'UMP moque le soutien de Valérie Trierweiler à l'opposant de Ségolène Royal.

Quand Valérie Trierweiler soutient l'adversaire de Ségolène Royal à La Rochelle, le PS tremble et l'UMP se frotte les mains. L'intervention, sur son compte Twitter, de la compagne de François Hollande en faveur d'Olivier Falorni a éclipsé la venue à La Rochelle de Martine Aubry et Cécile Duflot venues soutenir Ségolène Royal, en ballotage face  au dissident socialiste.

Une sortie inattendue alors que le chef de l'Etat a apporté son soutien à la présidente de Poitou-Charentes, dans un message figurant dans la profession de foi de la candidate. Pour la droite, l'occasion était trop belle.

"Le vaudeville entre à l'Elysée"

Eric Ciotti, député UMP des Alpes-Maritimes, s'en est ainsi donné à cœur joie sur Twitter. Pour le "Monsieur sécurité" de l'UMP, "le vaudeville entre à l'Elysée". "Les socialistes ont au moins une vertu, ils nous font beaucoup rire ! ", a-t-il raillé.  

 

De son côté, Roger Karoutchi, sénateur UMP des Hauts-de-Seine pose la question : "où sommes-nous ? Vaudeville ? Théâtre de boulevard ? Retour de la Cour avec intrigues? "Que n'eut-on dit s'il s'était agi d'une Première Dame de droite qui était intervenue aussi directement dans les élections législatives, contre son président", écrit dans un communiqué ce proche de Nicolas Sarkozy. Avant de conclure : "La présidence normale ? Ça promet...".

"Désormais, c'est 'Dallas' à l'Elysée!". Pour Geoffroy Didier, conseiller régional UMP d'Ile-de-France, "au bout d'un mois, la présidence de François Hollande tourne déjà au vinaigre". Quelques semaines après l'élection du nouveau président, la 'République exemplaire' cède le pas à la mauvaise chronique people. Ce matin, la présidence 'normale' est définitivement morte. Désormais, c'est 'Dallas' à l'Elysée ! ", ironise-t-il.

"Juste pitoyable"

Lui aussi ne boude pas son plaisir. Dominique Bussereau, celui-là même qui a implicitement appelé à voter Falorni contre Royal, répond à ses détracteurs sur Twitter : "A ceux qui m'attaquent haineusement et souvent avec de courageux pseudos sur Twitter, une question : vont-ils agir de même avec Valérie Trierweiler ?", demande le président UMP du conseil général de Charente-Maritime.        

Même l'extrême-droite y est allée de son petit commentaire sur Twitter. "Madame Trierweiler réglant ses comptes avec l'ex de son compagnon, accessoirement Président de la République. Juste pitoyable... Ça promet...", a raillé Marine Le Pen, la présidente du Front national.