Travail dominical : l’argument Michelle Obama

  • A
  • A
Travail dominical : l’argument Michelle Obama
Partagez sur :

Nicolas Sarkozy a révélé mardi qu'il avait lui-même fait ouvrir des magasins un dimanche à Paris pour Michelle Obama.

Nicolas Sarkozy a trouvé un argument supplémentaire pour vanter les mérites du travail dominical. Le président a déclaré mardi dans son plaidoyer pour assouplir les règles du droit social qu'il avait dû lui-même faire ouvrir des magasins un dimanche pour Michelle Obama. "Est-ce qu'il est normal que le dimanche, quand Mme Obama veut avec ses filles visiter les magasins parisiens, je dois passer un coup de téléphone pour les faire ouvrir ?", a-t-il lancé.

"Nous allons régler le problème avant l'été", a promis Nicolas Sarkozy. L'Assemblée nationale doit examiner à partir du 6 juillet une proposition de loi de l'UMP autorisant le travail dominical dans les zones touristiques.

"Il faut être raisonnable (...) qu'est-ce que ça peut bien changer ? Quel principe républicain cela remet-il en cause ? Faut-il absolument que les magasins soient ouverts aux heures et aux jours où les gens ne peuvent pas faire leurs courses ?", a ajouté le chef de l'Etat.

Tollé chez les communistes. Le porte-parole des députés communistes, Roland Muzeau, a estimé que Nicolas Sarkozy "dépasse les bornes" en utilisant la Première dame des Etats-Unis pour défendre le travail dominical. "Le président de la République qui, ce matin à la Défense, dit qu'il n'a pas pu faire visiter les magasins à Michelle Obama et à ses filles et que c'est une des raisons qui justifierait l'ouverture du dimanche. Là, je trouve qu'on dépasse les bornes", a jugé l'élu.