Touraine : "Pas de déremboursement des lunettes"

  • A
  • A
Touraine : "Pas de déremboursement des lunettes"
@ REUTERS
Partagez sur :

La ministre a fait cette déclaration alors que la Cour des comptes a proposé de réfléchir à un "éventuel retrait" de la Sécu de ce marché "opaque".

La ministre des Affaires sociales et de la Santé Marisol Touraine a affirmé mardi qu'il n'y aurait pas de déremboursement des lunettes par la Sécurité sociale, dans une interview au site internet du quotidien Ouest-France. "En matière d'optique, j'ai engagé un processus pour voir comment nous pourrions faire baisser les prix de certains produits et qui viendra à son terme prochainement", a-t-elle déclaré, alors que la Cour des comptes a proposé dans son rapport annuel de réfléchir à un "éventuel retrait" de la Sécu de ce marché "opaque".

"Ce ne sont que des propositions". La Cour des comptes "passe chaque année en revue les économies possibles et propose des orientations. Le gouvernement les accueille toujours avec attention mais ce ne sont pas nos propositions", souligne la ministre. Selon elle, il faut "traquer les excès lorsqu'il y en a et réaliser des économies quand c'est possible mais, encore une fois, ça ne peut pas se faire au prix de déremboursement", auquel elle n'est "pas du tout favorable". "On s'aperçoit qu'il y a de marges importantes sur l'optique, des différences assez étonnantes et qu'on est en droit de questionner... Il s'agit d'engager la concertation et le dialogue pour faire en sorte de peser sur les prix en particulier des lunettes. J'ai bon espoir d'aboutir", poursuit Mme Touraine. "Je ne peux pas me résigner à l'idée que les lunettes deviennent un produit de luxe quand on sait que, évidemment, c'est quelque chose d'essentiel. Ce qu'il faut, ce sont des produits de qualité à un prix accessible", estime-t-elle.

"Un marché peu transparent", selon Migaud. La Cour des comptes a publié mardi son rapport annuel sur la Sécurité sociale, où elle détaille ses propositions pour faire des économies, s'"inquiétant d'une "spirale de la dette sociale" qu'elle juge "anormale et particulièrement dangereuse". La Cour suggère entre autres de réfléchir à ce que l'assurance maladie se retire de l'optique, déjà peu remboursé, à hauteur de 200 millions d'euros, et largement pris en charge par les complémentaires santé, pour 3,7 milliards. Le remboursement de la Sécurité sociale est "devenu extrêmement dérisoire" et "c'est un constat d'échec que nous faisons" dans un marché "qui a explosé, qui est peu transparent et peu concurrentiel", a déclaré le président de la Cour, Didier Migaud.