Thévenoud quitte le gouvernement pour raison fiscale

  • A
  • A
Thévenoud quitte le gouvernement pour raison fiscale
@ REUTERS
Partagez sur :

BREF PASSAGE - Le secrétaire d'Etat au Commerce extérieur, nommé le 26 août, est remplacé par le député Matthias Fekl.

Un problème de déclaration d'impôt. Il ne sera resté que neuf jours au sein du gouvernement Valls II. L'Elysée a annoncé jeudi la démission du secrétaire d'Etat au Commerce extérieur, Thomas Thévenoud, "à sa demande et pour des raisons personnelles". Il est remplacé par Matthias Fekl, député de Lot-et-Garonne. Une source gouvernementale a précisé dans la foulée que la démission de Thomas Thévenoud était liée à "des problèmes de conformité avec les impôts". "Dans le cadre des nouvelles normes mise en place par le gouvernement dans le cadre de la transparence de la vie politique, il s'est avéré qu'il y avait un problème de déclaration d'impôt", a ajouté cette source, soulignant qu'il ne s'agissait "en aucun cas d'une démission pour un motif de désaccord politique".

>> LIRE AUSSI - Gouvernement Valls 2 : La liste intégrale

Des retard de paiement au fisc. Peu après l'annonce de son départ, Thomas Thévenoud a précisé avoir démissionné du gouvernement en raison de "retards de déclaration et de paiement" au fisc, désormais "intégralement régularisés". "Je n'ai jamais fait l'objet d'aucune poursuite judiciaire ou fiscale. Mon patrimoine ainsi que l'ensemble de mes comptes sont connus par la Haute autorité pour la transparence de la vie publique qui n'a d'ailleurs soulevé aucune remarque particulière à cet égard", a assuré Thomas Thévenoud, qui souhaite "pleine réussite" au gouvernement et transmet "tous (ses) voeux de succès" à son successeur Matthias Fekl.

>> LIRE AUSSI - Remaniement : la douche froide pour Valls

Au gouvernement depuis le 26 août. Député socialiste de Saône-et-Loire, Thomas Thévenoud avait été nommé au gouvernement à l'occasion du remaniement du 26 août, qui a suivi le limogeage d'Arnaud Montebourg. A l'Assemblée nationale, il avait notamment été le médiateur dans la crise opposant les chauffeurs de taxis aux entreprises de véhicules de tourisme avec chauffeur (VTC).