Taxe carbone : Royal jette un pavé dans la mare

  • A
  • A
Taxe carbone : Royal jette un pavé dans la mare
Partagez sur :

L’ex-candidate socialiste a demandé le retrait de ce futur nouvel impôt. Cécile Duflot, pour les Verts, l’a taxée de "démagogue".

La taxe carbone divise le gouvernement depuis plusieurs mois. Elle agite désormais à haute voix l’ensemble de la gauche. Vendredi, Ségolène Royal a purement et simplement demandé le retrait de ce projet de nouvel impôt qui doit inciter les Français à se tourner vers des technologies moins polluantes. "Je n'ai jamais pensé que l'écologie devait se défendre par la punition. Au contraire l'écologie doit se défendre par l'impulsion", a estimé l’ex-candidate socialiste à la présidentielle.

Un argumentaire qualifié, samedi, de "démagogue" par Cécile Duflot qui était invitée à l’université d’été du PS à La Rochelle. "Toutes celles et tous ceux qui s'aventurent à critiquer dans son principe et dans ses fondements la fiscalité écologique ne sont que des démagogues déconnectés de la réalité", a martelé la secrétaire nationale des Verts.

Au-delà du "principe", reste la question de la redistribution des fruits de ce nouvel impôt qui doit être inscrit dans le budget 2010. Il ne servira qu’à "remplir les caisses que l'Etat a vidées", s’est indignée Ségolène Royal. Plusieurs voix au sein de la majorité avaient suggéré que l’argent récolté serve à financer la suppression partielle de la taxe professionnelle. La ministre de l'Economie, Christine Lagarde, a assuré de son côté vouloir "redistribuer intégralement" aux ménages le produit de la taxe carbone, dans une interview que publie le quotidien Le Monde dans son édition datée de dimanche et lundi.

Officiellement, le Parti socialiste soutient le projet de taxe carbone, même si ce n’est que du bout des lèvres. Depuis La Rochelle, Laurent Fabius a donné une vision plus nuancée : l'ancien premier ministre a dit "oui" à une "fiscalité écologique" mais "non" au projet de taxe carbone. Pour lui, "il faut que, petit à petit, il y ait une taxe sur les grands pollueurs et qu'il y ait une série d'encouragements à ceux qui font des économies d'énergie ou présentent des projets innovants".