Christiane Taubira : "La parole dernière est celle du président de la République"

  • A
  • A
Christiane Taubira : "La parole dernière est celle du président de la République"
@ AFP
Partagez sur :

C'est François Hollande qui a eu le dernier mot sur l'extension de la déchéance de nationalité, a réagi mercredi la ministre de la Justice après l'annonce du maintien de cette mesure dans le projet de loi constitutionnelle. 

Christiane Taubira, qui avait annoncé mardi l'abandon de l'extension de la déchéance de la nationalité s'est rangée derrière la décision de François Hollande de la maintenir. Contre toute attente, le gouvernement a en effet décidé mercredi de conserver cette mesure dans la réforme constitutionnelle présentée à l'issue du conseil des ministres.

"Chacun a droit à ses doutes". "La seule fois où je me suis exprimée sur la déchéance de nationalité, je n'ai pas hésité à dire que ceux qui retournent leurs armes contre leurs compatriotes s'excluent eux-mêmes de la communauté nationale", a ajouté celle qui est publiquement opposée à la remise en cause du droit du sol. "La parole première est celle du président de la République, elle a été prononcée au Congrès de Versailles. La parole dernière est celle du président de la République, elle a été prononcée ce matin en conseil des ministres. Et c'est le point final", a réagi la ministre de la Justice.

Manuel Valls a expliqué qu'il défendrait la réforme de la Constitution avec la ministre : "c'est son rôle au sein du gouvernement comme Garde des Sceaux et nous défendrons ensemble ce texte devant le Parlement". "Chacun a droit à ses doutes, à ses interrogations, à ses questionnements et à ses analyses", a-t-il ajouté. "Et heureusement. Nous sommes dans une démocratie, et c'est précisément ça qu'ont visé les terroristes. Empêcher la réflexion, empêcher le débat", a-t-il conclu. 

Pas de remise en cause de Taubira au gouvernement. La garde des Sceaux a réfuté toute remise en cause de sa place au sein du gouvernement. "Il demeure que ce sujet concerne le droit du sol, a-t-elle exposé. En tout état de cause, dans la situation actuelle, ce qui est important, ce n'est pas ma présence ou non au sein du gouvernement c'est la capacité pour le président de la République et le gouvernement de faire face aux dangers auxquels nous sommes confrontés et d'apporter les réponses les plus efficaces".