Stéphane Beaudet : "les collectivités font l'effort à la place de l'Etat"

  • A
  • A
Partagez sur :

Stéphane Beaudet, maire de Courcouronnes, appelle sur Europe 1 à la mobilisation contre la baisse des dotations aux communes.

INTERVIEW

Les maires appellent samedi à une journée de mobilisation contre la baisse des dotations de l'Etat aux communes. Un appel relayé par Stéphane Beaudet, maire Les Républicains de Courcouronnes, dans l'Essonne, et président de l’Association des maires d’Ile-de-France (Amif), invité d'Europe 1 vendredi. "Ces baisses de dotations vont aller de 30 à 60% selon les communes", s'alarme-t-il.

"L'Etat nous a renvoyé des responsabilités supplémentaires". Stéphane Beaudet admet qu'il faille faire des efforts pour réduire la dépense publique. "Evidemment qu'il faut faire des économies, et d'ailleurs les maires y travaillent", assure-t-il. "On est d'accord sur la baisse des dotations, mais beaucoup moins forte et beaucoup moins vite". Car, pour lui, il s'agit d'une injustice flagrante. "L'Etat nous a renvoyé des responsabilités supplémentaires, je pense notamment à la réforme des rythmes scolaires", explique-t-il. "Sur les 2.100 milliards de dette de l'Etat, les collectivités représentent à peine 9% de la dette". Par conséquent, "on a fait l'effort à la place de l'Etat. L'Etat nous renvoie la responsabilité de couper des services publics locaux ou d'augmenter les impôts à sa place. Evidemment, ce n'est pas normal", déplore l'édile.

La mobilisation de samedi n'aurait-elle pas des sous-entendus politiques ? "Ça n'a rien à voir avec les élections régionales", se défend Stéphane Beaudet. "On est en train de mettre en l'air nos services publics de proximité", déplore-t-il. Même s'il se dit prêt à faire des concessions, par exemple "expliquer aux habitants que dans une époque du numérique comme la nôtre, une mairie ouverte du lundi matin 8 heures jusqu'à samedi midi, c'est peut-être terminé". Mais "ça nécessite un débat avec les habitants", plaide-t-il.

>> L'interview en intégralité :