Pour Hollande et Valls, "l'effet" Charlie s'estompe

  • A
  • A
Pour Hollande et Valls, "l'effet" Charlie s'estompe
@ AFP
Partagez sur :

RETOUR SUR TERRE - Le chef de l'Etat perd huit points de popularité entre janvier et février, à 30% d'opinions favorables. La cote de son Premier ministre baisse de sept points, à 52%.

L'effet Charliesemble s'estomper. François Hollande perd huit points dans le baromètre mensuel Ipsos-Le Point publié lundi, à 30% d'opinions favorables. Quant à Manuel Valls, il chute de sept points, à 52%. Ce net recul de popularité entre janvier et février ne les ramène toutefois pas aux niveaux d'avant les attentats. La cote du chef de l'État reste de 12 points supérieure à celle de décembre. Celle du Premier ministre reste supérieure de 16 points à celle de la fin d'année.

Globalement, 67% des personnes interrogées (+10 pts en un mois) ont une opinion défavorable du président de la République. 3% ne se prononcent pas. Concernant Manuel Valls, elles sont 43% à émettre un jugement défavorable (+7). 5% ne se prononcent pas.

>> LIRE AUSSI - Popularité : que va faire Hollande des 21 points gagnés dans les sondages ?

Juppé nettement en tête. En recul de quatre points, Alain Juppé (56% d'avis positifs) reste nettement en tête du palmarès des leaders politiques, devant la directrice générale du FMI, Christine Lagarde (47%, +2 pts), et les ministres des Affaires étrangères, Laurent Fabius, et de l'Écologie, Ségolène Royal (43% tous les deux). Le ministre de l'Intérieur, Bernard Cazeneuve, arrive cinquième à 42% d'avis favorables (-5 pts).

Perdant deux points, le président de l'UMP, Nicolas Sarkozy, pointe au 12e rang (38% de jugements favorables). Parmi les sympathisants de l'UMP, il est cependant 1er avec 76% d'avis favorables (-3 pts). Une des seules à ne pas reculer, Marine Le Pen, gagne un point et se trouve avec 31% d'avis positifs au 20e rang.

Sondage réalisé par téléphone les 6 et 7 février auprès d'un échantillon de 963 personnes représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus, selon la méthode des quotas.