Thierry Solère : "Il n'y a pas de majorité au bureau LR pour nous exclure"

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Partagez sur :

Le député Constructif Thierry Solère est revenu sur Europe 1 sur le bureau politique des Républicains organisé mardi soir, et durant lequel son exclusion du parti n'a pu être validée, faute de participants suffisants.

INTERVIEW

Le feuilleton des exclusions à droite se poursuit. Mardi soir, un bureau politique des Républicains devait acter le départ des ex-membres ralliés à Emmanuel Macron, ainsi que de deux députés Constructifs. Finalement, les votants n'étaient pas suffisamment nombreux pour acter ces exclusions.

Cohérence. Pour Thierry Solère, coprésident des Constructifs, ce n'est pas un hasard, mais la preuve qu'il "n'y a pas de majorité de membres du bureau politique à vouloir exclure les députés qui ont été élus et ont dit ce qu'ils feraient une fois élus". Invité dans Hondelatte Racontesur Europe 1 mercredi, le député des Hauts-de-Seine n'a pas mâché ses mots contre ce qui est encore son parti. "C'est pas banal. Quand vous êtes renvoyés devant les assises pour viol, vous n'êtes pas exclu", a-t-il lancé en allusion aux affaires judiciaires de Georges Tron. "Quand vous êtes condamné par la justice définitivement à être inéligible pendant un an, vous n'êtes pas exclu. Nous, on est exclus parce qu'on défend des idées qu'on défendait depuis des années."

Calme et pondération. Thierry Solère a rappelé son positionnement vis-à-vis de l'exécutif, auquel il refuse de donner des "chèques en blanc". "Si ce gouvernement prend des mesures contraires à ce que je pense être l'intérêt général, je m'y opposerai." Et le député d'appeler son parti à "un peu de calme, de pondération, et une grande rigueur intellectuelle". "J'essaie d'être cohérent dans ce que je fais. J'essaie de passer ces cinq années à faire que des mesures soient prises pour que la situation aille mieux. Cela me semblerait bien se comporter que d'être pragmatique, un peu pondéré dans l'expression et en ne disant pas aujourd'hui l'inverse de ce qu'on disait à nos électeurs il y a quatre mois."

"Un comportement si peu républicain". L'élu Constructif a par ailleurs une nouvelle fois fustigé le positionnement politique du probable futur président de LR, Laurent Wauquiez. "La droite et l'extrême droite, souvent elles ont le même discours maintenant", a-t-il martelé. "Je ne digère pas bien que certains aient cassé cette digue avec le FN. On s'appelle Les Républicains, c'est pas la peine de prendre un si joli mot pour avoir un comportement si peu républicain."

Si Thierry Solère est si remonté contre sa famille politique, va-t-il en changer pour adhérer à la République en marche! ? "On verra", a-t-il répondu. "Je n'exclus rien."