SNCF : le gouvernement ouvre "une première phase" de concertation "dès la semaine prochaine"

  • A
  • A
SNCF : le gouvernement ouvre "une première phase" de concertation "dès la semaine prochaine"
@ PHILIPPE HUGUEN / AFP
Partagez sur :

Des rencontres sont prévues avec les syndicats et la direction de la SNCF, les régions et les usagers, afin de réformer le système ferroviaire français.

Le gouvernement va ouvrir "dès la semaine prochaine" une "première phase de concertation" sur une réforme du système ferroviaire français, avec des rencontres prévues avec les syndicats et la direction de la SNCF, les régions et les usagers, a annoncé Matignon jeudi après la remise d'un rapport très attendu.

Une refondation urgente. Ce rapport remis jeudi au Premier ministre Edouard Philippe par l'ancien patron d'Air France Jean-Cyril Spinetta "démontre sans ambiguïté la nécessité et l'urgence d'engager sans tarder une refondation de notre système ferroviaire", juge Matignon dans un communiqué, saluant le rapport comme "un diagnostic complet et lucide". "Ces propositions doivent désormais faire l'objet d'un examen approfondi par le gouvernement et d'un dialogue avec l'ensemble des acteurs concernés", souligne-t-on de même source.

Tous les acteurs consultés. "Une première phase de concertation aura lieu dès la semaine prochaine : les représentants de la direction de la SNCF, des organisations syndicales représentatives, des régions, des représentants d'usagers, de l'établissement public de sécurité ferroviaire et de l'autorité de régulation seront reçus afin de recueillir leurs réactions suite à ce rapport", précise Matignon.

Des discussions préalables aux décisions. À l'issue de cette première phase, qui associera le Premier ministre et la ministre des Transports Elisabeth Borne, seront ensuite précisés "les thèmes abordés" et "la méthode de concertation" de la réforme, selon le cabinet du Premier ministre. Quand le rapport, parmi 43 mesures, préconise notamment de fermer certaines petites lignes secondaires ultradéficitaires au profit d'autocars, Matignon assure, concernant "l'avenir du réseau", qu'"aucune décision ne sera engagée sans discussion étroite avec les régions et les territoires".

Le gouvernement avait commandé en septembre à Jean-Cyril Spinetta, 74 ans, "un rapport vérité sur la situation du ferroviaire français", en vue d'initier une grande réforme du secteur des transports en France, avec à la clef des bouleversements majeurs pour la SNCF.