Barrage de Sivens : Royal enterre le projet initial

  • A
  • A
Barrage de Sivens : Royal enterre le projet initial
@ REUTERS
Partagez sur :

LA DÉCLARATION - Le projet initial de barrage n'est "plus d'actualité" a fait savoir vendredi la ministre de l'Ecologie. 

"Plus d'actualité". La phrase est sans détour. La réalisation du projet initial de barrage à Sivens où est mort fin octobre Rémi Fraisse, n'est "plus d'actualité", a affirmé vendredi Ségolène Royal. La ministre de l'Ecologie a par ailleurs précisé qu'elle "validait" les "nouvelles solutions proposées" dans un rapport d'experts qui lui a été remis vendredi. Ce projet initial du barrage, contesté depuis plusieurs années par des associations locales, "n'apparaît pas comme une solution adaptée", estiment des experts dans ce rapport. Ces propositions feront l'objet d'un débat lors de la prochaine session de l'assemblée départementale du Tarn, a précisé Ségolène Royal. 

>> LIRE AUSSI - La carte de France des zones à défendre (ZAD)

Deux options possibles. La ministre de l'Ecologie précise avoir "validé" deux scénarios : un premier envisage "la réalisation d'un réservoir de taille plus réduite sur le site de Sivens" et le second inclut plusieurs retenues combinées, notamment en amont du site. "Ces deux options doivent faire l'objet d'études plus approfondies par des maîtres d'ouvrage locaux avant un choix définitif", soulignent-ils.

Les deux scénarios en détail. Dans le premier scénario retenu par les experts, un réservoir de taille plus réduite sur le site serait réalisé. Cette option offrirait plusieurs avantages : un coût modéré qui laisserait "de multiples possibilités de développement ultérieur", et des impacts environnementaux "localisés et réduits".

>> LIRE AUSSI - Barrage de Sivens : Bruxelles ouvre une procédure contre la France

La deuxième solution, qui prévoit une retenue latérale en amont du site de Sivens, une retenue sur le ruisseau de Bayssière, plus en aval, et "une ou deux" retenues latérales en vallée du Tescou, est "un peu plus coûteuse" en investissement et en fonctionnement. Elle  "laisse moins de possibilités de développement ultérieur de retenues sur le bassin", précise le rapport, mais "ses impacts environnementaux sont faibles".

>>> REGARDEZ - La carte de France des zones à défendre :

La-carte-des-ZAD-en-France-1280x640