"Seule Le Pen entretenait le suspense"

  • A
  • A
"Seule Le Pen entretenait le suspense"
@ REUTERS
Partagez sur :

REACTIONS - A l'UMP comme au PS, la validation des 500 parrainages est tout sauf une surprise.

Le mot d'ordre était le même, à l'UMP comme au PS, mardi matin, pour réagir aux 500 parrainages obtenus  par la Marine Le Pen pour valider sa candidature à la présidentielle : relativiser une annonce prévisible.

"Il n'y a qu'elle qui entretenait ce suspense", a souligné le directeur de la communication de François Hollande, Manuel Valls, invité d'Europe 1 mardi matin. "La famille Le Pen a toujours eu ses signatures et donc nous savions parfaitement qu'elle aurait encore ses signatures", a relativisé le député-maire d'Evry.

Nathalie Kosciusko-Morizet, la porte-parole de Nicolas Sarkozy, s'est elle montré particulièrement ironique, voyant dans cette annonce une sorte de "sketch" dont il faut "sortir". "C'est la plus vieille série de la vie politique française, même à la télé, il n'y en a pas qui durent aussi longtemps", a déclaré NKM sur BFMTV/RMC.

"Ils font le coup (NDLR ; Marine et son père, Jean-Marie Le Pen) à quasiment chaque élection présidentielle", a renchéri la ministre en charge de l'Apprentissage Nadine Morano.

"Pour le débat démocratique..."

Pour autant, dans la majorité comme dans l'opposition, on souligne que le Front national devait être représenté. "Pour le débat, c'est important qu'une force politique soit représentée, bien évidemment, mais moi je n'avais aucun doute", a reconnu Manuel Valls, mardi matin, sur Europe 1.

"Je m'en réjouis pour le débat démocratique", a de son côté réagi Dominique de Villepin. "C'est important que les points de vue qui sont les siens, qui ont un large écho dans la population française, puissent être présents lors de ce débat", a estimé le candidat de République solidaire, lui-même à la peine puisqu'il lui reste une quarantaine de signatures à trouver.

Même son de cloche pour Corinne Lepage."Elle représente nombre de Français. Ce sont des idées que je combats mais je trouve normal qu'elles soient dans le débat", a indiqué la candidate de Cap21 à l'Elysée.

Interrogé sur le sujet, lundi soir, Nicolas Sarkozy avait réaffirmé son souhait de voir Marine Le Pen concourir à la présidentielle.