Service militaire adapté : sept sites bientôt expérimentés

  • A
  • A
Service militaire adapté : sept sites bientôt expérimentés
@ AFP
Partagez sur :

UNE AUTRE FORMATION - Hollande veut adapter en métropole ce dispositif qui a déjà fait ses preuves en outre-mer. 

Le président en a fait la promesse lors de sa dernière conférence de presse à l’Elysée, le 5 février dernier. François Hollande va donc étendre le service militaire adapté (SMA) à la métropole. Ce dispositif d’insertion professionnelle pour les jeunes en difficulté a déjà fait ses preuves en outre-mer depuis sa création, il y a plus de 50 ans. A l’occasion d’une visite dans l’Etablissement public d’insertion de la Défense (Epide) d’Alençon lundi, le chef de l’Etat a indiqué qu'il y aurait sept centres où le SMA sera testé.

Montigny-lès-Metz et Brétigy-sur-Orge. Deux de ces centres d’expérimentation seront donc implantés à Montigny-lès-Metz (Moselle) et Brétigy-sur-Orge (Essonne). Le troisième sera installé dans le Sud de la France. Ces sites seront opérationnels dès la prochaine rentrée. L’objectif est de toucher 1.000 jeunes dès les premiers mois. Quatre autres centres seront créés l'an prochain.

C’est quoi le SMA ? Ce dispositif était jusqu’à présent réservé à l’outre-mer. Il permet de favoriser l’insertion professionnelle pour des jeunes en difficulté. Les volontaires, âgés de 17 à 26 ans, bénéficieront de formations liées à des métiers "en tension", comprenez là où il existe des besoins (principalement le bâtiment et la restauration). Mais l’originalité du SMA, c’est que les jeunes seront encadrés par des militaires dans leur projet.

Des résultats prometteurs. Créé en 1961, le SMA accueille actuellement 5.000 jeunes par an en outre-mer. Les résultats sont très probants. A l'issue de ces services volontaires, environ 75% sont "insérés" dans la vie active, alors qu'au début de leur formation, au moins 30% sont en situation d'illettrisme et 60% n'ont pas leur brevet des collèges. 

>> LIRE AUSSI - Le service militaire adapté, une bonne idée ?

>> LIRE AUSSI - Le SMA pour aider les jeunes en difficulté