Ségolène Royal cherche à rebondir

  • A
  • A
Ségolène Royal cherche à rebondir
@ MAX PPP/ REUTERS
Partagez sur :

La présidente sortante de la région devrait largement l'emporter face à Dominique Bussereau.

Icône de la "vague rose" aux régionales de 2004, Ségolène Royal devrait être confortablement réélue à la tête de la région Poitou-Charentes. L'ex-candidate à la présidentielle affrontera le secrétaire d'Etat aux Transports, Dominique Bussereau.

Pour faire barrage à son ancienne rivale, dont la campagne est centrée sur la croissance verte, Nicolas Sarkozy avait à l'origine imaginé la candidature d'une femme jeune et férue d'environnement, Chantal Jouanno. La secrétaire d'Etat à l'Ecologie ayant décidé d'être tête de liste à Paris, c'est finalement Dominique Bussereau qui a été missionné pour gagner la région ou du moins affaiblir la présidente de Poitou-Charentes au niveau national.

Des dérapages en série

Signe de l'importance de l'enjeu, le début de la campagne a été marqué par des dérapages dans chacun des deux camps. Un élu UMP a comparé la gouvernance de Ségolène Royal à une dictature proche du nazisme, un maire PS a vu dans les jeunes militants de l'UMP une réminiscence des Jeunesses hitlériennes avant que Dominique Bussereau n’assimile les candidats MoDem ralliés à la candidate socialiste à des "harkis".

Pour cette campagne, Ségolène Royal a décidé de jouer la carte de l'ouverture. Elle a attiré sur sa liste des élus Verts, alors qu'Europe Ecologie a décidé de faire cavalier seul au premier tour, et des membres du MoDem, provoquant la colère de François Bayrou et de la direction du PS. Trois syndicalistes, dont deux membres de la CGT venus d'entreprises en difficulté de la région - Heuliez et New Fabris - figurent également en position éligible.

Elle est verte ma campagne !

L'emploi et l'environnement sont les deux thèmes majeurs de cette campagne. Ségolène Royal voulant faire du Poitou-Charentes "l'une des premières régions écologistes d'Europe". La reprise "durable" de l'entreprise automobile Heuliez, la présidente sortante s'étant engagée pour une solution qui a finalement capoté, reste également au coeur des débats.

REAGISSEZ -Pensez-vous qu'Heuliez peut être sauvé ?