Ségolène Royal attend son ministère

  • A
  • A
Ségolène Royal attend son ministère
@ MaxPPP
Partagez sur :

L’ex de François Hollande veut revenir sur la scène politique en prenant la tête d’un ministère.

Il faut sauver le soldat Ségolène ! Depuis sa cuisante défaite aux élections législatives à La Rochelle, en juin dernier, elle est l’objet de toutes les attentions élyséennes. François Hollande n’a de cesse de répéter à son équipe qu’il faut trouver un nouveau point de chute à Ségolène Royal, la mère de ses enfants. Et un point de chute conforme au statut de la candidate socialiste à la présidentielle de 2007. Compliqué, car la Dame du Poitou est exigeante : un ministère sinon rien.

Pour le moment, Ségolène Royal a refusé tous les postes qui lui ont été proposés. Selon les informations d’Europe 1, elle a bien été sondée quant à la présidence de l’Institut du monde arabe. La direction du Parti socialiste a un temps aussi été envisagée pour elle, comme la présidence de ­l’Association des régions de France, ou du Conseil économique, social et environnemental. Mais Ségolène Royal a d’autres ambitions.

Elle discute régulièrement avec Hollande

1211116LCO3002
Parce qu’elle n’a pas l’intention d'être écartée de la politique "active", "l’ex", comme on l’appelle au Château, rêve à haute voix d’un ministère. A quelle échéance ? "Peu importe, je ne suis pas pressée", répond-elle quand la question lui est posée. Sa certitude : elle a toute sa place dans le dispositif de la majorité. Elle voit ainsi un signe dans le défilé du gouvernement dans son Poitou-Charentes adoré. Six ministres sont déjà venus lui rendre visite, et ce n’est pas fini. "C’est vrai, il y en a d’autres qui vont venir en début d’année.  C’est la qualité du travail, ils savent que les choses sont bien cadrées, bien organisées. Je fais mon travail là où je suis pour l’instant et on verra la suite", a-t-elle glissé jeudi au micro d’Europe 1.

En attendant "la suite", Ségolène Royal ne se prive pas de décerner bon et mauvais points au gouvernement en place, qu’elle juge pas assez collectif et manquant d’imagination. Le dossier Florange ? "Une pagaille". Le seul qu’elle épargne, c’est François Hollande, avec qui elle s’entretient régulièrement au téléphone.