Sécurité : la gauche unie dans la rue

  • A
  • A
Sécurité : la gauche unie dans la rue
@ REUTERS
Partagez sur :

Des associations appellent à manifester samedi contre "la xénophobie". Et les partis suivent.

Olivier Besancenot, Bertrand Delanoë, Cécile Duflot, Jean-Luc Mélenchon : tous les courants de la gauche vont être représentés samedi à Paris à la manifestation contre "la xénophobie" et "la politique du pilori" du gouvernement. Le rassemblement a été organisé par de nombreuses associations.

Le PS et les Verts

"Le Parti socialiste s'associe à cette mobilisation du 4 septembre, face à la xénophobie et à la politique du pilori opérée par le gouvernement, notamment contre les gens du voyage et les Roms accusés d'être des fauteurs de trouble tout comme les étrangers", a fait savoir vendredi le PS dans un communiqué.

Chez les Verts, on fait savoir que Cécile Duflot , secrétaire nationale du parti, participera également à la manifestation parisienne.

Le Front de gauche et le NPA

Par ailleurs, les trois partis du Front de gauche (PCF, Parti de gauche, Gauche Unitaire) défileront ensemble sous une banderole commune dans toutes les villes. Leurs leaders - Jean-Luc Mélenchon (Parti de gauche), Pierre Laurent et Marie-George Buffet (PCF) - seront place de La République.

Enfin, le NPA (Nouveau parti anticapitaliste) sera présent, avec Olivier Besancenot à Paris "pour combattre la politique raciste et sécuritaire du gouvernement, les projets de loi xénophobes et répressives". Nathalie Arthaud de Lutte ouvrière participe également pour défendre les libertés publiques car "à travers les Roms et les immigrés, ils s'en prennent aux plus pauvres, à ceux qui sont écrasés".

Rebsamen met en garde

Une cinquantaine d'ONG et associations --dont la Ligue des droits de l'Homme-- ont appelé à cette mobilisation nationale samedi dans toute la France, en réaction à la politique "ouvertement raciste" du gouvernement envers les Roms.

Des manifestations sont organisées dans plus de 130 villes en France, ainsi que devant des ambassades françaises de plusieurs pays de l'Union européenne.

Le sénateur-maire PS de Dijon, François Rebsamen, s'est dit vendredi réservé sur la participation du PS à cette manifestation, craignant qu'elle "ne donne lieu à des dérives de slogan" et à "des amalgames un peu faciles", et faisant valoir que le PS était un "parti de gouvernement".